Côte d’Ivoire : « Le gouvernement n’a pas respecté le caractère inclusif des négociations sur la CEI »

Pulchérie Gbalet et le Prof Urbain Amoa, le samedi 11 mai 2019 à Port-Bouët (Abidjan)

Alternative citoyenne ivoirienne (Aci), organisation de la Société civile est très loin d’accepter la réforme de la Cei faite par le régime d’Alassane Ouattara. Au cours d’une conférence de presse, samedi dernier, la présidente de l’organisation a crié son ras-le-bol.

Selon Pulchérie Edith Gbalet, « les différentes consultations n’étaient qu’un effet d’annonce. Aux dernières nouvelles, cette “réforme’’ a été faite d’une façon cavalière, excluant l’opposition significative, de même que les recommandations de l’opposition et de la Société civile. Abusant ainsi de nous tous, en ne respectant pas le caractère inclusif des négociations et allant contre l’arrêt de la Cour africaine, le Gouvernement a procédé à une recomposition plutôt qu’à une réforme et a imposé sa CEI qui n’est pas différente de l’actuelle si ce n’est pas le nombre de membres qui est passé de 17 à 15 ».

A lire aussi : Pulchérie Gbalet : “Le peuple ivoirien prendra ses responsabilités d’ici le 15 juillet, si…”

Aussi, Pulchérie Edith Gbalet a-t-elle relevé le déficit démocratique en Côte d’Ivoire. Elle refuse de croire qu’un Etat comme la Côte d’Ivoire mette en mal « la liberté d’expression, d’association et de réunion qui fait partie des droits fondamentaux et inaliénables ». La présidente de Aci a pointé du doigt « le nouveau code pénal restreignant la liberté de manifester ». Cette loi N°2019-574 du 26 juin 2019 portant code pénal est « entièrement anticonstitutionnelle. Ses articles 196 à 200 portent une atteinte grave à la liberté d’expression et d’opinion et se dresse contre les articles 19 et 20 de notre constitution ». Elle qualifie ces articles de « liberticides ».

Cette grande figure de la Société civile a appelé le Gouvernement à poursuivre le chantier de la réconciliation avec en prime le retour du président Laurent Gbagbo au bercail. Elle ne s’arrête pas là, un sit-in est annoncé le 23 juillet 2019, devant la CEI, par Aci et la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire de Samba David pour dire non à la CNI payante et au tripatouillage de la CEI.

JB.K.

Pulchérie Gbalet : “Les politiciens ne pensent qu’aux intérêts de leurs partenaires occidentaux”
Réforme de la CEI : Le PDCI s’étonne d’être tenu responsable du blocage
  •  
    22
    Partages
  • 22
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info