Côte d’Ivoire : Le gouvernement continue d’attribuer des permis de recherche d’or dans un contexte d’orpaillage clandestin

Site d'orpaillage clandestin en Côte d'Ivoire

Un conseil des ministres s’est tenu le mercredi 6 novembre 2019, au palais présidentiel d’Abidjan plateau, sous la présidence d’Alassane Ouattara, Chef de l’État. Selon le communiqué dudit conseil, Alassane Ouattara et son gouvernement continuent d’encourager l’extraction d’or en Côte d’Ivoire. Et ce, malgré la montée en puissance de l’insécurité liée à l’orpaillage clandestin.

En effet, quatre décrets au total, ont été pris par le Président de la République, au titre du ministère des Mines et géologie en liaison avec le ministère de l’économie et des finances et le ministère auprès du Premier ministre, chargé du budget et du portefeuille de l’État.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : « Le désert est à nos portes, l’orpaillage clandestin y contribue » (Ministre)

Il s’agit des décrets portant attribution de permis de recherche minière pour l’or. Le premier décret est attribué à la société SHEFA Minerals SA, dans le département de Zuenoula, le second décret attribue un autre permis de recherche miniere pour l’or à la même société SHEFA Minerals SA dans les départements de Béoumi et de Sakassou.
La troisième société bénéficiaire d’un décret d’attribution de permis de recherche minière pour l’or est KOBO Ressources Côte d’Ivoire SA, dans les départements de Bouaflé et Yamoussoukro.
Le quatrième et dernier décret attribue un permis de recherche minière pour l’or à la Compagnie Africaine de recherche et d’exploitation minière (SARL) dans les départements de Ferkessédougou, Katiola et Korhogo.

Ces quatre permis de recherche sont valides pour une durée de quatre ans, selon le communiqué du conseil des ministres.
La délivrance de ces permis de recherche par le gouvernement d’Amadou Gon Coulibaly intervient à un moment où l’orpaillage clandestin se pratique dans tout ou presque tout le pays.

Une pratique dénoncée par Henri Konan Bédié, le président du PDCI dans une interview accordée aux médias internationaux, en septembre 2019.  » J’ai dit que les orpailleurs clandestins étaient des étrangers venus de pays voisins et qu’ils opéraient contre les intérêts du pays. Le plus grave, c’est qu’ils viennent armés. Même Alassane Ouattara a reconnu que l’orpaillage clandestin était un fléau pour la Côte d’Ivoire », a déclaré Henri Konan Bédié dans l’hebdomadaire international Jeune Afrique numéro 3063 du 22 au 28 septembre 2019.

Avec la délivrance de ces nombreux permis de recherche et d’exploitation d’or par le gouvernement à des sociétés, l’on se demande s’il s’agit d’une solution à l’orpaillage clandestin.
Les orpailleurs clandestins, est-il bon de le rappeler se sont plusieurs fois attaqués aux forces de l’ordre et à des populations civiles.
A N’guessankro, dans le département de Bongouanou, un chauffeur de tricycle a été tué par ces derniers. Récemment, ils se sont attaqués à la brigade de surveillance du ministère des Mines, à Adzopé et ont tué un gendarme.

Jules Claver Aka

  •  
    46
    Partages
  • 46
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info