Côte d’Ivoire : Le dernier combat de Ouattara pour Gon

Amadou Gon Coulibaly et Alassane Ouattara le 16 mai 2019 au palais présidentiel du Plateau

Amadou Gon Coulibaly et Alassane Ouattara le 16 mai 2019 au palais présidentiel du Plateau

En force pour Gon ! Un candidat choisi de façon unilatérale pour lui succéder à la tête du pays. Une modification de la Constitution et du code électoral, certainement pour empêcher les potentiels adversaires de son dauphin de se présenter, ou pour créer les conditions de sa victoire. Alassane Ouattara joue à fond la carte Amadou Gon Coulibaly, son dernier combat.

Au mépris de ces propres engagements vis-à-vis des militants. Ne disait-il pas, le 29 janvier 2020 lors du congrès constitutif du RHDP parti unifié : « Le choix du candidat RHDP sera un choix démocratique. Tout le monde pourra être candidat. Tout le monde y compris ceux qui sont absents. Ils peuvent être candidat s’ils le souhaitent. Et les militants choisiront le candidat », avait clamé Alassane Ouattara. Mais au bout du compte, il a désigné à la grande surprise des militants, tout seul, le candidat du parti à la présidentielle d’octobre 2020.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : « L’annonce du départ de Mabri du RHDP n’est qu’une question de jours »

Le dernier combat de Ouattara pour Gon

 » Amadou Gon Coulibaly sera le candidat du parti. C’est un grand serviteur de l’État. Et je sais qu’il sera un grand président « , a déclaré Alassane Ouattara, le 12 mars 2020, lors de la réunion du conseil politique du RHDP. Et ce n’est pas fini. Du côté de la Constitution, il y a quelques petites modifications à faire pour favoriser l’élection de son poulain. Le jeudi 19 mars 2020, dans un communiqué de la présidence, Patrick Achi, secrétaire général du gouvernement a annoncé que le Président de la République a pris l’acte de promulgation de la Constitution modifiée par le congrès, à Yamoussoukro.

Dans le même communiqué, il a annoncé la modification du code électoral par Alassane Ouattara.  » Le président, vu l’urgence, procèdera à la modification du code électoral par voie d’ordonnance. Cette modification trouve son fondement dans la nécessaire adaptation du code électoral aux dispositions constitutionnelles telles que promulguées par le président et prendra en compte les points d’accord de la deuxième phase du dialogue politique », précise le communiqué. Qu’est ce qui sera concrètement modifié dans le code électoral ? Un scrutin à tour unique avec une majorité absolue ou relative? Quels sont les points d’accord de la deuxième phase du dialogue politique dont parle le communiqué ? Y-a-t-il eu points d’accord lors du dialogue politique entre pouvoir et opposition ?

Le dernier combat de Ouattara pour Gon

Début février 2020, dans une déclaration commune, l’opposition avait indiqué son désaccord quand au »parrainage des candidats » et au relèvement de  » la caution » à la présidentielle qui était jusque-là de 20 millions de francs CFA. Lors de la clôture du dialogue politique, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly avait décidé de soumettre toutes ces questions essentielles autour desquelles aucun consensus n’a été obtenu au Chef de l’État. Ce dernier pourrait trancher, bien sûr en tenant compte des intérêts de son poulain.

La carte Gon et la désunion Alassane Ouattara fonce la tête baissée pour la victoire de son poulain. D’ailleurs lors d’une interview à l’hebdomadaire Jeune Afrique, mi-mars 2020, Ouattara affirmait que son poulain Amadou Gon Coulibaly gagnerait la présidentielle dès le premier tour. Mais au sein du RHDP, le choix de l’actuel premier ministre suscite quelques réactions. Albert Toikeusse Mabri président de l’UDPCI n’a pas manqué de faire savoir que le choix de Gon n’était pas forcément bon.

dernier combat Ouattara Gon. Alassane Ouattara et Amadou Gon Coulibaly le 1é mars 2020 au Sofitel Hôtel Ivoire
Alassane Ouattara et Amadou Gon Coulibaly le 1é mars 2020 au Sofitel Hôtel Ivoire

Le dernier combat de Ouattara pour Gon

 » Ne prenons pas des engagements d’une heure dans une salle qui, par la suite ne reflèteront pas la réalité sur le terrain », avait-il prévenu dès la désignation de Amadou Gon Coulibaly comme candidat du RHDP. Depuis ce jour, il est presque mis en » quarantaine ». Sur les réseaux sociaux, il est traité de tous les noms. Un quotidien a même affiché à sa une du jeudi 18 mars qu’il est en train d’organiser une insurrection. Des cadres de l’UDPCI ont même fait une déclaration pour le désavouer. Et petit à petit, la cohésion fou le camp.

De son côté, sans avancer de raison, Marcel Amon-Tanoh, le ministre des Affaires étrangères a annoncé sa  » démission du gouvernement « . Est-ce à cause du choix de Amadou Gon Coulibaly ? Difficile de répondre par l’affirmative. Toujours est-il que des voix officieuses soutiennent que le choix de Gon a quelque chose à y avoir. Et tout cela joue sur la cohésion du parti d’Alassane Ouattara à environ huit mois de la présidentielle d’octobre 2020. Mais pour le président du RHDP, Alassane Ouattara, tout cela n’est pas important, tant qu’il peut manœuvrer pour la victoire de son poulain.

Jules Claver Aka

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jules Claver Aka

Read Previous

Côte d’Ivoire : Gon ou l’erreur de l’auto-confiné du vol d’Air France (Opinion)

Read Next

Côte d’Ivoire : « Gon se porte très bien » après avoir été en contact avec un cas positif de coronavirus (Famille)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *