Côte d’Ivoire : La résidence d’un ex-chef de guerre pro-Soro perquisitionnée

Guillaume Soro et Ben Souk à Dabou le 14 août 2016

Guillaume Soro et Ben Souk à Dabou le 14 août 2016

Sess Soukou Mohamed dit Ben Souk, ex-député maire (RDR) de Dabou, proche de Guillaume Soro, a vu sa résidence perquisitionnée. En tout cas, c’est ce qu’il affirme.

Selon lui, sa maison, sise à Okpoyou a été l’objet d’une perquisition dans la nuit du vendredi 10 au samedi 11 janvier 2020. Sale temps pour Guillaume Soro, candidat déclaré à la présidentielle de 2020 et ses proches. Ainsi pourrait-on dire, si l’on en croit à la publication de Sess Soukou Mohamed sur sa page officielle en date du samedi 11 janvier 2020.

A lire aussi. Perquisition chez Fofié : Voici ce qui a été trouvé à son domicile à Korhogo

« Après les cargos militaires et pick-ups envoyés à ma recherche, le 23 décembre passé sans succès, c’est ma maison à Okpoyou dans mon village qui cette nuit à 2 h 30 a été perquisitionnée. Les portes et fenêtres resteront ouvertes jusqu’à la résurrection du Christ… merci aux chefs », a écrit l’ex-député-maire de Dabou sur sa page officielle.

Certains expliquent cette perquisition du fait qu’il soit le numéro 2 du Mouvement pour la justice et la paix (MJP), de l’ex-rébellion armée ivoirienne. En outre, il fût le porte-parole du même mouvement. Cet ex-membre de la rébellion fût député de Dabou en 2012 et maire de la même localité en 2013 sous la bannière du Rassemblement des républicains (RDR).

Ben Souk et la résidence perquisitionnée

Plusieurs domiciles des proches de Soro ont été perquisitionnés. Notamment celui d’Alain Lobognon, député de Fresco, le vendredi 27 décembre 2019, celui de Martin Kouakou Fofié, le vendredi 3 janvier 2020 à Korhogo par des hommes encagoulés etc.

Ben Souk et résidence perquisitionnée
Ben Souk en 2016

Rappelons que Simon Yedjossigue Soro, jeune frère du député de Ferkesédougou et plusieurs autres proches du président de Générations et peuples solidaires (GPS) ont été interpellés le lundi 23 décembre 2019. Ils ont été placés sous mandat de dépôt après qu’un mandat d’arrêt international soit lancé par la justice ivoirienne à l’encontre du candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2020.

Yves Tapé

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Read Previous

Côte d’Ivoire : « J’accuse le ministre de la Santé Aka Aouelé »

Read Next

Burkina Faso : Une dizaine de civils tués à Titao dans une attaque terroriste

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *