Côte d’Ivoire : La population ivoirienne s’appauvrit malgré le taux de croissance élevé

Campagne du candidat du RHDP, Alassane Ouattara, en novembre 2010 : Ne donne pas ta voix à la corruption

Tout le monde est unanime sur le fait que la Côte d’Ivoire présente de belles perspectives économiques avec une croissance économique d’environ 8%. Le directeur adjoint au département Afrique du FMI, Dominique Desruelles indiquait, récemment à Abidjan, que le Conseil d’administration de l’institution a souligné que la croissance économique de la Côte d’Ivoire est solide.

« La Côte d’Ivoire est un exemple parfait. Elle fait des efforts importants en matière de consolidation de la croissance économique » a-t-il soutenu. Dès lors, nous sommes amenés à nous demander comment est faite la répartition des retombées, devant la grande déception des populations qui croupissent quotidiennement sous le poids de la misère.

La redistribution de la richesse selon le gouvernement

A en croire le gouvernement, la croissance ivoirienne est redistribuée de façon exclusive. « La croissance a permis la création de 2 millions d’emplois, de booster les revenus des producteurs. Les salaires des fonctionnaires ont bénéficié d’un déblocage », a relevé Adama Koné. Qui soutient que la redistribution se fait également à travers les dépenses pro-pauvres qui ont connu une augmentation.

Il s’agit, entre autres, selon lui, de 1080,3 milliards FCFA en 2012 ; 2216,8 milliards FCFA en 2017 ; 2290,8 milliards FCFA en 2018. Il note les efforts faits en faveur de l’école obligatoire et la distribution gratuite des kits scolaires ; l’électrification des villages de plus de 500 habitants ; les filets sociaux où 35 000 ménages bénéficient de 36 000 FCFA par trimestre sont des faits qui dénotent de cette répartition de la croissance à l’endroit des populations.

A lire aussi : Soro à Paris : « Le taux de croissance de Ouattara, c’est du flafla »

Le Président Alassane Ouattara, lors de son message à la Nation à la veille du nouvel an, a placé 2019 sous le signe du renforcement de l’action sociale du gouvernement. Un programme, dénommé PSGouv, d’un montant de 727,5 milliards de francs CFA a été élaboré pour impacter davantage le quotidien des populations ivoiriennes notamment les couches les plus vulnérables, à travers un meilleur accès aux services sociaux. Tout ça, c’est bien ronflant, mais qu’est-ce qu’il en est véritablement du quotidien des populations aujourd’hui, au-delà des grandes annonces ?

Les fruits de la richesse sont mal repartis

Autant tout le monde est d’accord  que la Côte d’Ivoire présente de belles perspectives économiques et malgré les assurances données par le gouvernement, tous conviennent que l’ensemble de la population ne ressent pas les retombées bénéfiques que cela implique. Le représentant résident du FMI, José Gijon, a fat remarqué lors de la présentation des perspectives économiques régionales que des efforts restent à faire, particulièrement en Côte d’Ivoire.

« La croissance par habitant à moyen terme est trop faible. Il faut faire davantage d’efforts. Il est nécessaire d’agir aujourd’hui pour créer davantage d’emplois dans les années à venir… » a-t-il noté. Oui, la réalité est là. Comme pour dire, chassez le naturel, il revient au galop, la pauvreté frappe aux portes des Ivoiriens. Rares sont ceux des populations qui arrivent à manger 3 fois par jour.

Des personnes meurent aujourd’hui dans des hôpitaux par manque de moyens pour les  premiers soins. Nombreux sont ceux qui sont obligés de se loger dans des conditions précaires, dans des zones à risque parce qu’ils n’ont pas de moyens pour faire face aux conditions combien de fois difficiles pour se loger dans une maison décente et acceptable. Au niveau de l’école, les coûts des inscriptions (en ligne et physique) très élevé ainsi que les actes administratifs, le coût du carburant qui ne fluctue pratiquement plus à la baisse depuis un bon moment.

Le prix d’achat du palmier à huile qui baisse, l’hévéa, l’anacarde et le coton qui sont très bas également. Le prix d’achat du cacao qui a dégringolé de son piédestal de 1000 Fcfa/Kg à 650 F. Les coûts des denrées alimentaires qui flambent. Les factures d’électricité qui n’arrêtent pas de grimper. Il faut avoir le nom d’une certaine consonance, ou être recommandé par un membre du gouvernement ou du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et pour la paix (RHDP) pour espérer réussir à un concours de la Fonction publique dont les coûts des frais d’inscription et dossiers sont onéreux. Bref.

Les populations croupissent sous le poids des difficultés, exception faite d’un groupuscule, proche des tenants du pouvoir. Le président du MFA, Anaky Kobena le rappelait sur le plateau, “Le Fauteuil Blanc  du Nouveau Réveil“ :« Nous sommes aujourd’hui dans une République où c’est la proclamation, la communication et non la réalité que vit l’Ivoirien (…) Dans la population ivoirienne, l’appauvrissement commence à arriver dans les classes les plus élevées (…) Tout le monde s’appauvrit de manière notable » a-t-il indiqué.

Des solutions d’experts pour une meilleure redistribution

Selon Dominique Desruelles du FMI, il faut jouer sur la gestion des dépenses pour que l’économie se porte mieux dans l’intérêt de tous. « L’ajustement repose sur une compression des dépenses plutôt que la mobilisation des recettes » a-t-il dit.  Pour José Gijon du FMI, la Côte d’Ivoire doit mettre l’accent sur la mobilisation des recettes budgétaires.

« Il faut mobiliser davantage de recettes budgétaires. Car la mobilisation des recettes est un défi. Un pays émergent ou pré-émergent doit mobiliser au moins 20% du PIB pour le financement de son économie (…) Parler d’augmentation de mobilisation des recettes ne veut pas dire augmenter la pression fiscale mais élargir plutôt l’assiette fiscale interne » a-t-il proposé. A en croire l’éminent économiste ivoirien Djélhi Yahot, il y a toute une théorie pour que la croissance économique induise le développement économique.

« Le taux de croissance c’est l’augmentation de toutes les richesses créées dans un pays d’une année sur l’autre. Si le PIB a augmenté d’une année sur l’autre, est-ce que les populations prises individuellement ont vu leur richesse s’augmenter ? C’est là tout le problème. Mais ce n’est pas un problème particulier à la Côte d’Ivoire. Les journalistes disent en France sans expliquer que le pays réalise 2,5% de taux de croissance, alors ça se ressent dans les ménages.

Il y a 2 données statistiques. Il y a le taux de croissance économique et le taux de croissance de la population. Sentir les effets de la création de richesse nationale veut dire qu’il faut ramener la création de richesse à la population. PIB sur la population. Si la création de richesse augmente, pour que la population sente, il faut que la population augmente plus que proportionnellement. Il faut que la création de richesse augmente plus que l’augmentation de la population.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Les Ivoiriens plus pauvres sous Ouattara que sous Bédié, malgré la croissance

La question est pourquoi est-ce que malgré que l’augmentation de la richesse soit supérieure à l’augmentation de la population, on ne ressent toujours rien ? Il y a plusieurs raisons. Soit l’économie est victime de ce que certains économistes ont appelé l’effet d’économie extravertie. Ça veut dire qu’une bonne partie de la création de richesse est transférée à l’extérieur. S’il y a beaucoup d’étrangers qui sont à même de transférer leurs bénéfices à l’extérieur alors ça ampute l’économie d’une partie de la création de richesse.

Si l’économie croît dans un secteur d’activité, dont la contribution dans le taux de croissance  est plus importante et que la majeure partie de la population n’exerce pas dans cette activité, il est évident que l’ensemble de la population ne peut pas ressentir. Il y a le fait que les chiffres qu’on présente peuvent être erronés. Dans les pays de l’UEMOA, excepté la Côte d’Ivoire (dont les statistiques sont beaucoup plus fiables), les statistiques ne sont pas fiables. On a du mal à élaborer les données statistiques.  De sorte qu’il y a une marge d’erreur qui est beaucoup plus grande dans les pays africains que dans les autres pays. La logique veut que la croissance économique induise le développement économique » a-t-il expliqué.

Quoiqu’il en soit, le gouvernement doit être conscient de ce que la population ne sent pas les retombées de la croissance économique. Il a donc le devoir de prendre les dispositions pour que cela soit plus une réalité qu’une vue de l’esprit. Il faut garantir l’égalité de tous devant l’emploi, les marchés publics. Le RHDP ne doit pas être une condition pour accéder ou maintenir un emploi public ou un marché public en Côte d’Ivoire.

F.B

Côte d’Ivoire : 26% de travail indécent en dépit de la croissance
  •  
    34
    Partages
  • 34
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info