Côte d’Ivoire : La lagune Ebrié polluée par des activités industrielles

Poissons morts à Adjahui-Coube (Port-Bouët)

La conclusion de l’enquête des poissons morts en masse dans la lagune Ebrié à Port-Bouët est tombée. Selon Vincent Toh Bi Irié, il ressort que de très faibles quantités de produits chimiques (triazines, organophosphores, organochlores) ont été retrouvées dans ces poissons.

A la suite de la découverte d’un nombre important de poissons morts le 19 Juin 2019, sur 1,5 kilomètres de berge lagunaire, des analyses toxicologiques effectuées par le Laboratoire National de la Santé Publique (LNSP). Selon le laboratoire, de très faibles quantités de produits chimiques (triazines, organophosphores, organochlores) ont été retrouvées dans ces poissons.

A en croire le Préfet du district d’Abidjan Vincent Toh Bi Irié, qui a donné l’information sur sa page officielle Facebook, ces quantités sont si faibles qu’elles ne peuvent pas expliquer la mort en masse de ces poissons. Aux dires du Préfet, les résultats de ces tests, croisés avec les auditions des 07 suspects interpellés dans cette affaire permettent de supposer qu’il s’agit simplement d’un vol de poissons par une pêche illégale.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Le chef de cabinet de Kandia Camara accusé

« En effet, dans le respect de ses traditions de pêche, la notabilité du village avait interdit la pêche depuis plus de 07 mois dans cette partie de la lagune, afin de permettre une bonne reproduction des poissons et des crevettes. La quantité de poissons est donc devenue particulièrement importante, d’où la convoitise », a-t-il déclaré.

Poursuivant : « Les pêcheurs indélicats sont donc allés pêcher la nuit. Les quantités de poissons pêchées étaient tellement importantes qu’ils n’ont pu remonter tous leurs filets jusqu’au petit matin. De peur d’être surpris par le village, ils ont donc abandonné leurs filets pleins de poissons et se sont enfuis au lever du jour. Cependant, l’analyse toxicologique de l’eau de la lagune d’Adjahui Coube révèle la présence de certaines substances (femurons, metoxuron, monolinuron, terbutryn) qui à long terme peuvent présenter un risque pour la faune aquatique et pour l’homme ».

Par ailleurs, Vincent Toh Bi a expliqué la présence de ces substances s’explique par les activités industrielles et humaines dans la proximité de ce plan d’eau. Et d’ajouter : « Nous saisirons donc dans les tout prochains jours les autorités régionales compétentes pour un examen diligent et sérieux de ces facteurs de risque. Nous tenons à féliciter la Gendarmerie, la Police, L’INHP, le Ciapol, les services vétérinaires du MIRAH, la Direction Generale des Affaires Maritimes, le Ministère de la Santé, le Ministère de l’Environnement, la Mairie de Port-Bouët et toute la presse , pour avoir permis de gérer avec anticipation et célérité cette situation, tout en restituant la vérité sans paniquer la population ».

En outre l’ex-Directeur de cabinet a remercié les populations et la notabilité d’Adjahui Coube. qui ont ramené les stocks de poissons que des familles avaient soustraits des bans de poissons morts sur le rivage pour leur consommation personnelle et pour avoir permis la récupération de tous les poissons morts sur la lagune et de son ensevelissement.

Prince Beganssou

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info