Côte d’Ivoire : La future terre promise du « CapiCialisme » FPI-PDCI, après le libéralisme étouffant du RDR ?

Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo

La nouvelle histoire des Alliances ou de plateforme qui est en train de parquer ses briques sur l’espace qui va héberger l’Edification Finale, arrive non pas comme le jet d’eau soudain d’une canalisation défectueuse, mais comme une pluie que la météo avait prévue compte tenu du comportement des nuages qui ne cessaient de converger pour le même but.

Par conséquent, la modeste contribution que nous projetons de soumettre à votre soigneuse attention, aura du mérite que si elle parvient à démontrer qu’entre les capitalistes du PDCI et les socialistes du FPI, qui ont connu des relations forcées ces dernières années, trouvent enfin, l’idylle à laquelle la tradition politique nationale n’a cessé de les convier. 

 En effet, ceux qui ont intentionnellement manœuvré afin que la vie du dernier ménage (RHDP version originale) soit ce qu’il est devenu (lambeau), « à quelque chose malheur est bon » comme le dit l’adage, ne donne enfin l’occasion, à ces deux amoureuses entités politiques majeures, de se conter au vu et au su de tout le monde, fleurette !

A lire aussi : La lettre émouvante du Prof Samba Diakité à Ouattara : “La complaisance a remplacé la compétence”

Commençons par le commencement :

1- Le 22 octobre 1946, soit un an après son élection comme député, Félix Houphouët-Boigny envoyait à la métropole, près de 147 jeunes élèves boursiers pour aller en éclaireurs, effectuer des études en France pour la Côte d’Ivoire ;

2- 1953, création de l’Office de la Main d’œuvre de Côte d’Ivoire (OMOCI) ;

3- Avant d’être la CNPS en 1999, cette institution sociale a eu pour ancêtre en 1955, la Caisse de Compensation des Prestations Familiales (CCPF CI) en Côte d’Ivoire ;

4- Le 27 juillet 1960, le PDCI nous offre l’Abidjanaise (hymne national) ;

5- 1960 à 1970, le Président Félix Houphouët-Boigny a introduit l’idée et l’organisation des fêtes tournantes de l’indépendance nationale dans notre Pays;

6- 1967 à 1970, guerre civile du Biafra (Nigéria);

7- 1975 à 1990, guerre civile au Liban ;

8- 1989 à 1996, guerre civile au Libéria voisin ;

9- 1989, Date de création du prix Félix Houphouët-Boigny;

10- 1990, retour de la démocratie en Côte d’Ivoire sous l’éperon du discours de La Baule (20 juin) ;

11- 1993 à 1999, les 12 Eléphants d’Afrique se déploient avec autorité sur toute la Côte d’Ivoire ;

12- 2000, Laurent Gbagbo, le socialiste et le FPI, arrivent au pouvoir d’Etat.

13- Mai 2019, les petits pas du CapiCialisme deviendront grands !

Dans la perspective d’une terre de rêves ouverte à tous les Ivoiriens et par hospitalité à tous les étrangers peu importe le continent, le Président Houphouët avait fait très tôt officiellement, le choix du capitalisme certainement au nom et à la gloire de sa légendaire générosité. Mais après le passage en revue des stations qui ont balisé son passage de 33 ans au pouvoir et l’action de son principal héritier, le PDCI et tous ces principaux animateurs étaient et sont encore, d’augustes sociabilisés.

D’ailleurs, si la nostalgie de l’œuvre politique du Président FHB est vivace dans les mémoires, c’est essentiellement à cause de sa vision socialiste du pouvoir et de son charisme personnel. Il est indéniable que le PDCI qui a le plus long et valeureux flirt avec le pouvoir, a toujours fait du CapiCialisme. C’est-à-dire un savant mix idéologique du capitalisme et du socialisme. Comment pouvait-il en être autrement ?

Ce néo-concept né du voisinage fécond entre le capitalisme et le socialisme est en réalité l’ADN de notre identité idéologique. La culture permanente et historique du capitalisme et du socialisme, en est l’explication la plus tangible. De sorte que sur la même terre, on peut rendre visite à l’être le plus riche et après plusieurs encablures de distance, se serrer le nez en saluant l’homme le plus misérable ou la femme la plus démunie.

Au demeurant, si on est d’accord que chez nous avant et après l’indépendance, que le capitalisme et le socialisme ne se marchent pas sur les pieds comme veulent le croire certains, alors le CapiCialisme comme le cadre marital qui n’apparait que tous les 500 ans, nous offre à bras ouverts, tout ce qu’il a de beau et de fédérateur.

Comment renâcler ou tergiverser alors que tout semble favorable à capter le développement de la prochaine Côte d’Ivoire, sur la fréquence CapiCialisme une fois pour toutes ? Le PDCI, pour ceux qui détournent le regard ou qui choisissent de donner dos carrément, a toujours déroulé en mode capitalisme-humain ; car c’était et c’est toujours le bon diagnostic politique.

A ce titre, la Côte d’Ivoire comme une calèche, est entrainée par deux chevaux. L’un qui se nomme, capitalisme et l’autre socialisme. Le duo constant et naturel de ces deux bêtes politiques, a valu à notre pays tout le bien que l’on pense de lui à travers tous les circuits du monde entier. Travailler utilement dans un cadre formel n’est rien d’autre qu’un devoir qui n’a fait que trop durer dans la chambre prénuptiale.

De sorte que nous aurons à choisir très bientôt entre les puits qui sont construits sur fonds publics et ceux qui le sont sur fonds privés dans le même espace/village ! Le partage des richesses et le choix dans la consommation, c’est la compréhension que nous privilégions dans l’action politique.

Chers distingués hommes et femmes politiques, pour la culture des Ivoiriens et pour la mémoire des œuvres qui auront marqué notre pays sous vos mandats respectifs, construisons, à l’instar des autres infrastructures, des conservatoires réservés à faire l’étalage et la promotion non pas seulement des innovations, mais de toutes les initiatives qui auront émaillé nos règnes.

Les générations présentes et à venir vous sauront gré. La mémoire humaine seule, n’en peut plus de porter ce fardeau car, l’assiette ne cesse de gagner en envergure ! Mais, qui donc a dit que le rouleau compresseur qui va lancer incessamment ses activités pour le grand bonheur du peuple de Côte d ‘Ivoire, est contre nature ? Ah, j’allais oublier, on est fatigué des « photomontages » (montrant les deux nouveaux prétendants), on veut les photos vraies vraies !

Koné Kobali

Libre auteur, créateur

Assoa Adou attaque le “Rattrapage” de Ouattara : “C’est un véritable cancer qui détruit la nation ivoirienne”
  •  
    521
    Partages
  • 521
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info