Côte d’Ivoire : La PLCC au centre de critiques après avoir arrêté un jeune qui a dit ta mère c…

BKK, commercial dans une entreprise de la place, a été interpellé par la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (PLCC) pour injure sur internet avant d’être condamné par le parquet. Cette arrestation ne semble pas du gout des internautes. La PLCC vivement critiquée par les internautes.

Selon la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (PLCC) qui relaie l’information, un jeune homme a été condamné pour injure sur internet. Il s’agit de BKK, commercial dans une entreprise de la place. Ce dernier a été interpellé suite aux investigations menées par la PLCC, soutenue par le Laboratoire de criminalistique numérique (LCN).

A lire aussi : Coronavirus Côte d’Ivoire : Le président d’un parti fait d’autres propositions au gouvernement

En effet, BKK est accusé d’avoir proféré des injures sur internet à l’endroit de VX, un acteur de la lutte contre le Coronavirus. En effet, la PLCC précise que, c’est à travers des publications axées sur la sensibilisation, les consignes préventives, la conduite à tenir face à cette maladie, que VX joue sa partition. « Et cela paie, car de nombreux internautes réagissent sous ses publications. Les avis divergents sont bien sûr autorisés. Mais parmi ces réactions, des commentaires injurieux, humiliants et non productifs à l’endroit de notre homme engagé sont constatés. Surpris et blessé, il décide de porter plainte à la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (PLCC) pour enquête », rapporte-t-elle.

PLCC critiquée par les internautes.

« Les investigations menées par la PLCC, soutenue par le Laboratoire de criminalistique numérique (LCN) ont permis de révéler l’identité de celui qui se cache derrière ce profil. Il s’agit de BKK, commercial dans une entreprise de la place. Interpellé puis auditionné, il reconnaît avoir fait ces commentaires. Il poursuit en disant qu’il a été motivé par la situation stressante qu’il traverse. En somme, BKK a été conduit devant le parquet où il a été condamné pour injure sur internet », conclue-t-elle.

PLCC critiquée internautes
Sortie officielle de policiers à l’Ecole nationale de police d’Abidjan

Cette publication a tourné en boucle sur la toile suscitant de vives critiques de la part des internautes. « J’espère que cela s’appliquera à tous sans exception… ici, on a l’impression que des personnes sont intouchables », a dit un internaute. « Nous n’enquêtons pas sur les cas où le suspect est publiquement connus. Puisque le suspect est bien connus, ces plaintes vont directement au parquet », a répondu un animateur de la plateforme. Cette réponse au lieu d’apaiser la situation, la PLCC s’est plutôt retrouvée face à de nombreuses critiques.

BKK, interpellé par la (PLCC) pour injure sur internet

« Vraiment ce pays me surprend injure… notre tantie là (la députée RHDP Mariame Traoré qui avait employé les mêmes termes à l’endroit de Sita Coulibaly du PDCI et contre qui une plainte avait été déposée, NDLR) peut continuer librement ses activités… mais le pauvre monsieur lui est arrêté… pendant que nous y sommes quel est le résultat des recherches du monsieur qui avait fait la publication la veille de la marche de l’église catholique « … à chacun son chrétien… » on a vu les vidéos de Al Moustapha ça aussi c’est au parquet ? En tout cas sachez que votre travail nous rassure et nous met en confiance … soyez donc fier », a critiqué un internaute.

« Ce n’est pas normal si le suspect est reconnu publiquement et qu’il a eu des mots forts et humiliants aux yeux de tous alors la police devrait l’arrêter directement. On note que la police est notre police à tous alors pas de partialité. Merci et vive notre police dans son ensemble », a invité un autre.

Karina Fofana

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Karina Fofana

Read Previous

Coronavirus : Voici les chiffres effrayants de l’Afrique de l’Ouest, les pays les plus touchés

Read Next

Côte d’Ivoire : Bouaké et Soubré touchées par le coronavirus

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *