Côte d’Ivoire : Hamed Sanogo, l’entraîneur Django qui a sorti son arme, en plein match, condamné

Hamed Sanogo, le coach du Club omnisports de Bouaflé, qui avait sorti son arme, lors d’un match, a écopé, le mercredi 6 octobre 2019, lors de l’audience correctionnelle des flagrants délits de la section de tribunal de Séguéla, à six mois de prison pour « détention sans autorisation administrative, d’une arme à feu de la première catégorie ». Son club a aussitôt annoncé son limogeage.

“Bien que nous compatissions à la situation de Sanogo parce qu’il nous a rendu d’énormes services et le soutenons là où il se trouve, nous condamnons son acte et nous décidons, le comité directeur et moi de tourner la page de Sanogo Hamed. Nous allons engager un nouvel entraîneur pour continuer le travail du COB”, a annoncé le président du COB, Alexis Gohou, lors d’un point de presse, le lendemain de la condamnation.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : La détention illégale d’armes à feu par des civils menace la présidentielle de 2020

Alexis Gohou qui s’exprimait depuis Bouaflé, a soutenu que le comité directeur et lui n’ont jamais été informés de ce que que le coach Sanogo détenait une arme. “Le Conseil d’administration et le comité directeur du COB reconnaissent leur erreur”, a-t-il dit, exhortant les populations à leur faire confiance et à continuer de soutenir leur équipe en les rassurant que “le COB ne mourra pas”.

Coach Sanogo, coach Django

« Le président que je suis à la tête du comité directeur, voudrais présenter toutes mes sincères excuses à la population de la Marahoué en général et à la population de Bouaflé en particulier. L’acte posé par l’entraîneur Sanogo Hamed jette un discrédit énorme sur cette population. Le comité directeur et moi tenons à présenter toutes nos sincères excuses », a-t-il insisté, face à la vague d’indignation que le comportement inexpliqué du coach, a soulevé, dans la région de la Marahoué. Il a également présenté ses excuses à la fédération ivoirienne de football (FIF) et son président Sidi Diallo, à la population de Séguéla, aux supporters du COB et au monde sportif.

Le samedi dernier, cotre toute attente, Hamed Sanogo, un ancien militaire, avait clairement laissé voir son arme qu’il portait à sa ceinture, à l’issue du match comptant pour la sixième journée de la ligue 2 qui a opposé le Siguilolo football club de Séguéla à son équipe, au stade Losseni Soumahoro de Séguéla. Il avait été aussitôt interpellé. Il n’a pas pu expliquer pourquoi il avait posé cet acte.

« Il voulait se prendre pour Django dans un film Western, le voilà au trou. Selon moi, il voulait juste frimer en impressionnant des spectateurs autour de lui. Certains soldats sont coutumiers de cette pratique, il s’est trompé d’endroit », a ironisé un membre du personne judiciaire, en marge du procès, qui n’a pas été long, le concerné s’étant fondu en excuses.

Elvire Ahonon

Photo d’illustration

  •  
    435
    Partages
  • 435
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info