Dano Djédjé dénonce les « colonies de peuplement » en Côte d’Ivoire : « Les autochtones sont prisonniers chez eux »

Sébastien Djédjé Dano, vice-président du Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo était l’invité de de la Fédération FPI d’Abobo, le dimanche 17 novembre 2019. A cette rencontre, il a crié sa colère.

« Nous sommes dans un pays où on nous étouffe, on ne peut plus respirer. C’est la répression, on n’a pas le droit de manifester, on n’a pas droit à la démocratie, la liberté. Les orpailleurs clandestins sont armés jusqu’aux dents. Ce ne sont pas des fusils de calibre 12 mais des kalachnikovs. C’est l’insécurité totale en Côte d’Ivoire. S’agissant de la démographie en Côte d’Ivoire, c’est grave dans nos zones forestières. Ce sont des colonies de peuplement. C’est tous les jours que des cars entiers viennent dans les zones forestières. Non seulement on s’installe dans les zones forestières, mais on s’installe même dans les forêts classées. Ce sont des pans entiers de notre territoire qui sont occupés qu’on ne contrôle pas », a dénoncé l’ex-ministre de la Réconciliation nationale et des Relations avec les institutions.

Dano Djédjé
Sébastien Dano Djédjé, vice-président du FPI

«Les autochtones regardent tout ça et il sont prisonniers chez eux. Les parents Wè sont prisonniers chez eux. J’étais à Guiglo, à Duékoué il n’y a pas trop longtemps. Mais c’est dramatique lorsqu’ils racontent leur vie. Vous allez voir, dans quelques années, la démographie va changer en Côte d’Ivoire. On était à 30% d’étrangers dans notre pays. Sans être xénophobes mais c’est la réalité. Je ne sais pas à combien nous sommes aujourd’hui. Quand on parle, on dit qu’ils sont xénophobes », a-t-il poursuivi.

Dano Djédjé Fédération Abobo

A lire aussi : Le PDCI-FPI au Parc des Sports : « C’est un meeting fondateur, il doit être populaire » (Guikahué)

«Mais ce qu’on veut faire avec les étrangers, c’est de vivre en harmonie. On ne veut pas qu’il y ait entre les étrangers et nous la bagarre tous les jours. Cela veut dire que quand l’étranger arrive, il doit savoir comment se comporter. Je viens de Gagnoa, une ville cosmopolite. Ce sont des familles entières qu’on accueille. A Daloa, Lakota, c’est pareil. Ce sont des repères pour nous. Mais ce sont des étrangers qui ont su se comporter dans le pays », a fait observer Dano Djédjé.

« Aujourd’hui, ce n’est pas ça. C’est n’importe qui, qui arrive et fait n’importe quoi. Où allons-nous avec ça ? Nous voulons bien recevoir les étrangers et nous sommes fiers de le faire. Chez nous, on dit qu’un homme qui ne reçoit pas d’étranger est un homme méchant. Même le passant, on l’appelle et on l’héberge surtout quand il est beau. Chez le Bété c’est comme ça. Nous sommes demandeurs mais il y a des règles », a indiqué l’invité de de la Fédération FPI d’Abobo.

« Nous voulons bien recevoir les étrangers et nous sommes fiers de le faire » (Dano Djédjé)

En effet, le vendredi 5 mai 2019, une délégation de 25 personnes était venue de Koumassi (Abidjan) pour rendre visite à l’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié. Ce jour-là, il avait dénoncé l’orpaillage clandestin et les étrangers qui viennent armés en Côte d’Ivoire. Automatiquement, ces propos avaient enflammé la scène politique. Quand les uns l’accusent d’être xénophobe, les autres soulignent sa clairvoyance.

De Bédié à Dano

« Je parlerai de faits troublants. D’abord, les conflits inter-communautaires ensuite, de ce que recouvre l’orpaillage en Côte d’Ivoire. Puisqu’on fait venir des étrangers armés, qui sont stationnés maintenant dans beaucoup de villages. S’ils sont armés, c’est pour servir à quoi ? Il faut simplement que nous soyons conscients car le moment venu nous agirons pour empêcher ce hold-up sur la Côte d’Ivoire sous le couvert de l’orpaillage.

Nous dénoncerons aussi d’autres qu’on fait venir clandestinement. Cela se passe surtout dans la commune d’Abobo. Les gens rentrent, on leur fait faire des papiers et ils ressortent. Certains repartent, d’autres restent. Et tout cela pour quel but ? », avait affirmé l’ex-président Henri Konan Bédié. « Si c’est pour venir fausser les élections de 2020, nous voulons le savoir. Mais nous traiterons de tout cela un jour car, les précédents doivent nous servir.

Nous avons fait venir des étrangers dans nos plantations de café, de cacao et ensuite les gens se sont installés à leur propre compte. Et aujourd’hui ils agressent des planteurs ivoiriens, ils se disputent même les terres. Cela devait nous servir. Il faut que nous réagissions pour que les Ivoiriens ne soient pas étrangers chez eux. Car, actuellement on fait en sorte que l’Ivoirien soit étranger chez lui. Mais les Ivoiriens n’accepteront jamais cela ! », avait-il prévenu.

Karina Fofana

Actualité ivoirienne; Actualité ivoirienne du jour; Politique ivoirienne; Actualité Africaine du jour; Actualité africaine Dano Djédjé fédération Abobo

  •  
    354
    Partages
  • 354
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Karina Fofana

Read Previous

Infinix lance le S5, un smartphone avec le plus grand écran

Read Next

Côte d’Ivoire : Qui est vraiment Jonathan Morrison, l’Ivoirien qui partage la vie de Maria Mobil

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *