Côte d’Ivoire : Coulibaly-Kuibiert élu président, Affi roulé dans la farine

Mamadou Koné, Coulibaly-Kuibiert et Alassane Ouattara en août 2019

Ce lundi 30 septembre 2019, les nouveaux membres de la Commission électorale indépendante (CEI) ont élu Ibrahime Coulibaly-Koulibaly comme président de ladite commission. Une élection qui sonne comme un désaveu pour Pascal Affi N’Guessan, dont le parti, le FPI avait laissé entendre que la présidence de la CEI serait occupée par un représentant de la société civile, à l’issue d’ultimes négociations avec le pouvoir RHDP.

Début septembre, à l’issue de négociations avec le ministère de l’Intérieur, Pascal Affi N’Guessan qui a préféré une démarche solitaire, avait déclaré : « D’abord le président de la république estime que le vote de la loi ne résulte pas de sa compétence mais de la compétence des parlementaires et que ces parlementaires viennent de se prononcer après un débat dans ces instances et qu’il serait très mal placé de les désavouer en modifiant ce que les parlementaires viennent de décider ».

A lire aussi. Côte d’Ivoire : « Bédié aura raison » sur Ouattara (Guikahué)

Ajoutant : « En contrepartie, étant donné que la question de la composition pose le problème de l’impartialité et la confiance, il était prêt à examiner  que nous soyons suffisamment bien représentés dans le bureau de la Commission électorale indépendante pour être rassurés en ce qui concerne l’objectivité du travail qui va être fait. En conséquence, nous avons demandé que la présidence de la CEI, si on ne peut pas modifier la loi telle qu’elle a été votée, revienne à l’opposition sinon à une personnalité non marquée politiquement et que ce président soit choisi de façon consensuelle. Deuxièmement que si le président est choisi de façon consensuelle, le poste de premier vice-président revienne à l’opposition. Sur ces deux questions, nous avons eu satisfaction ».

Avec un vote de neuf commissaires contre six, Affi peut-il dire que le choix de Coulibaly-Kuibiert a été consensuel ? Par ailleurs, peut-il garantir que le magistrat, proche de Mamadou Koné, président du Conseil constitutionnel n’est pas marqué politiquement ? Avec ce dénouement, Affi N’Guessan va encore se marginaliser et définitivement apparaître comme le marche-pied favori du Président Alassane Ouattara, depuis 2015, quand il a accepté d’aller à la présidentielle contre l’avis de la fronde du FPI. CEI: Kuibiert était opposé à Me Yolande Yapobi Niaba issue de l’ordre des avocats

Elvire Ahonon

Affi persiste et signe face à Bédié : « Nous allons intégrer la CEI sous la base des concessions » de Ouattara

  •  
    387
    Partages
  • 387
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info