Côte d’Ivoire : « Bédié est l’homme qu’il faut en ce moment » (Raymond N’Dohi)

Le délégué communal de Koumassi, vice-président du PDCI-RDA, N’dohi Raymond, salue la candidature du président Bédié. Dans cette interview, il revient sur les chances du candidat du PDCI-RDA de gagner cette élection. N’dohi Raymond, toutefois, est inquiet au regard de la lourdeur dans le traitement des dossiers des nouveaux majeurs.

Le président Henri Konan Bédié est candidat à la candidature du PDCI-RDA pour la présidentielle de 2020. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?

Je suis heureux. Avant  cet événement, j’ai eu à me prononcer sur la candidature éventuelle du président Henri Konan Bédié. Maintenant que c’est confirmé, je ne peux qu’être heureux. Moi je suis non seulement militant du PDCI mais aussi et surtout Bédieiste. Nous faisons partie de ceux qu’on appelle le noyau dur autour du président Bédié. Il nous a fait confiance, nous lui faisons confiance aussi. Personnellement, je pense que la candidature du président Bédié est une chance pour la Côte d’Ivoire. Il apparait aux yeux de tous comme l’homme fédérateur de toutes les énergies pour sauver les Ivoiriens et faire en sorte que les Ivoiriens se réconcilient et retrouvent la paix perdue.

A lire aussi : « 2020 sera l’année de la Côte d’Ivoire nouvelle » (Raymond N’Dohi)

Quels ses atouts pour gagner cette présidentielle de 2020 ?

Le président Henri Konan Bédié a un don. Il a une vision pour la Côte d’Ivoire. Je vais vous donner un exemple. Lorsque j’ai été nommé vice-président du PDCI-RDA, une délégation de Koumassi s’est rendue à Daoukro pour remercier le président Bédié. C’est ce jour-là qu’il a dénoncé le phénomène de l’orpaillage clandestin et a appelé à une prise de conscience sur le bradage de la nationalité Ivoirienne. Les événements lui ont donné raison parce que le président de la République, lui-même à Ouaga, au cours d’une visite officielle, a dénoncé le phénomène d’orpaillage clandestin. Aujourd’hui encore, les faits donnent raison au président Henri Konan Bédié puisque après les attaques dans le Nord de notre pays, on a parlé d’orpailleurs clandestins. L’autre aspect, le président a demandé la prorogation de la validité de la Carte nationale d’identité en cours, on a crié sur tous les toits. Pour en revenir à cette demande du président Bédié, il a aussi parlé de la prorogation du délai de l’établissement des papiers des nouveaux majeurs. Certains ont décrié cette demande et aujourd’hui encore, le régime est revenu sur la position du président Bédié. Certainement que demain, on repoussera la date de l’élection présidentielle. Parce qu’à ce niveau également, le président Bédié a indiqué que la date est trop courte pour faire des élections propres. L’un dans l’autre, on retient que ce que le président Henri Konan Bédié dit se réalise. On ne peut que faire confiance à un tel homme parce que malgré le poids de l’âge, il voit ce qui est bon pour la Côte d’Ivoire et pour les Ivoiriens pour défendre leurs intérêts. Pour nous, le président Henri Konan Bédié est l’homme qu’il faut en ce moment pour sortir la Côte d’Ivoire de la situation qu’elle vit.

je pense que la candidature du président Bédié est une chance pour la Côte d’Ivoire. Il apparait aux yeux de tous comme l’homme fédérateur de toutes les énergies pour sauver les Ivoiriens

Et l’âge du président Bédié ?

En Afrique, l’âge est signe de sagesse. Et puis, on regarde l’âge mais on ne regarde pas la santé. Un homme âgé et en bonne santé est mieux qu’un jeune en proie à des handicaps. Pour moi, l’âge du président Bédié est un atout. A chaque fois qu’il parle, l’histoire lui donne raison. Cela signifie que l’âge lui a donné  beaucoup de sagesse et c’est un atout pour nous autres.

Henri Konan Bédié, à la clôture du bureau politique du 05 juin 2020
Henri Konan Bédié, à la clôture du bureau politique du 05 juin 2020

Jean-Louis Billon a pris le ferme engagement de soutenir le président Bédié jusqu’à la victoire. Comment jugez-vous sa décision ?

Je salue cette décision. On ne se bat pas contre son père. On s’aligne sur sa décision pour gagner la  bataille. Je salue cette clairvoyance de sa part. C’est une décision très sage. Je le félicite et je demande aux autres de suivre son exemple. Aujourd’hui, quand on voit toute l’opposition autour de notre leader, cela veut dire qu’il a de la prestance, des idées et qu’il inspire confiance. Nous sommes fiers que tout le monde se retrouve autour du président Bédié pour sauver notre pays.

Kkb est également candidat à la candidature du PDCI-RDA. Votre réaction ?

L’unicité de candidature n’a jamais été dans les principes du PDCI-RDA. Mais venant de mon jeune frère Kkb, ce que je ne comprends pas, c’est le fait d’accepter de se mettre à la disposition du président Bédié et au dernier moment, se dresser contre lui. Je trouve la candidature de Kkb un peu gênante. Mais il a ses raisons parce qu’en politique, il y a plusieurs raisons qui peuvent guider une action. Ça fait la deuxième fois et deux (02) fois, ça fait déjà beaucoup. Pour quelqu’un qui se considère le fils de Bédié, se dresser contre lui deux (02) fois, c’est beaucoup.

Je trouve la candidature de Kkb un peu gênante. Mais il a ses raisons parce qu’en politique, il y a plusieurs raisons qui peuvent guider une action.

Pour aller à cette élection, il y a l’enrôlement des nouveaux majeurs. Sur le terrain, quel constat faites-vous ?

Je dois vous dire que je suis inquiet. Au moment où je vous parle, j’ai déposé plus de 900 dossiers et depuis plus d’une semaine, je ne les ai pas encore. Je suis inquiet parce que je ne sais pas ce qui se passe au  niveau du tribunal. Les pièces sortent très difficilement. J’ai bien peur qu’on ne puisse pas atteindre les objectifs. Même le délai d’une semaine ne peut pas suffire à traiter les dossiers qui sont au tribunal. Je donne encore raison au président qui a déclaré que cette élection va être bâclée si on ne permet pas  à tous les acteurs de se mettre dans les dispositions pour y participer activement. Pour l’enrôlement, il y a des dossiers qui sortent et des dossiers qui ne sortent pas.

Face à tous ces problèmes, quel est votre message aux Ivoiriens ?

Je voudrais rappeler aux uns et aux autres que la Côte d’Ivoire traverse un moment important de son histoire. On a connu l’époque des guerres, l’époque des promesses. Après tout cela, on doit aller à la réconciliation. Le président Bédié a montré qu’il n’est pas un homme de rancune en acceptant de travailler avec son jeune frère, Alassane Ouattara, en acceptant de se déplacer jusqu’à La Haye pour voir son jeune frère, le président Gbagbo. Il n’y a pas meilleur signe que ça. Il n’y a pas meilleur signe d’amour pour son pays que de faire économie de son égo et tendre la main à l’autre dans l’intérêt du pays.

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Les Ivoiriens doivent faire confiance au président Bédié en le votant massivement. Si  nous voulons la paix en Côte d’Ivoire, il faut donner toutes les chances au président de reprendre les rênes du pays pour que la Côte  d’Ivoire redevienne la Côte d’Ivoire.

Interview réalisée par Nouveau Réveil

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Read Previous

Coronavirus : La Côte d’Ivoire franchit la barre des 10 000 cas et 72 décès

Read Next

Côte d’Ivoire : Retour sur ces paroles fortes contre Bédié et Gbagbo de Yodé et Siro qui faisaient danser le RDR

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *