Côte d’Ivoire : Autopsie de la région du N’Zi, qui sera visitée par ADO, après des années d’abandon

Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, effectuera, à compter du 25 septembre 2019, une visite d’Etat dans la région du N’zi. Cette visite de quatre jours débutera par l’étape de Kouassi-Kouassikro, le 26  septembre, pour prendre fin, le 28 septembre, à Dimbokro, après Bocanda le 27 septembre 2019.Mais avant, un Conseil des ministres se tiendra, le mercredi 25 septembre à Dimbokro, chef-lieu du département du N’Zi.

Au-delà de cette visite d’Etat longtemps attendue par les populations du N’zi, les problèmes qui attendent le président Ouattara sont nombreux. Depuis 2015, des doléances contenues dans un livre blanc remis au président n’ont jamais connu un début d’exécution jusqu’à ce jour. C’est donc à juste titre que les populations de la région auront à cœur de voir la résolution de leurs nombreux soucis liés, entre autres, à la voirie, à la santé, à l’électrification des villages, à l’adduction d’eau potable, etc.Selon certains cadres qui pilotent cette visite du chef de l’Etat, la construction de plusieurs centres de santé s’impose, afin de permettre aux populations rurales de bénéficier de soins médicaux de proximité.

A lire aussi : Une visite d’Etat sur fond de « foutaises » dans le N’Zi ? Les voies dégradées, reprofilées au lieu d’être rebitumées

Au niveau toujours du volet sanitaire, la situation du Centre hospitalier régional (Chr) de Dimbokro préoccupe plus d’un, du fait du manque de certains matériels de travail. Pire, selon des chefs de service et notamment de ceux du bloc opératoire, l’absence de groupes électrogènes est un véritable danger et un souci permanent pour les chirurgiens en cas de coupure d’électricité, pendant les interventions. « Depuis plusieurs années, le générateur est en panne et rien n’est fait pour trouver une solution et nous intervenons sous la protection divine en priant qu’une coupure d’électricité ne survienne » affirme un cadre de la santé qui veut garder l’anonymat car il risque sa place .A côté de cette préoccupation de taille, il y a la voirie.

Les routes Dimbokro-Bocanda-Ananda, Dimbokro-Bongouanou ou Bocanda-Kouassi-Kouassikro sont également des casse-têtes pour les nombreux usagers et automobilistes de la région. Avec la visite du chef de l’Etat, un travail de reprofilage lourd est actuellement en cours en attendant certainement la promesse du président à couvrir ces voies de bitume. « Nous voulons un bitumage des voies et non un reprofilage » crient des automobilistes qui souffrent le martyre avec leurs engins sur ces routes fortement dégradées. Un autre souci et non des moindres, c’est le désenclavement des villages situés à l’autre rive du Nzi.

En effet, pour ces villages de Djamalabo, Tèlèbo et autres, la construction d’un pont sur le fleuve N’zi s’impose et faciliterait non seulement de joindre  la ville de Dimbokro située à quelque 800 mètres, mais aussi à faciliter le parcours entre Dimbokro et Tiémélékro, en moins de quelques minutes. « Pour aller à Dimbokro en provenance de Tiémélékro, il nous faut faire un détour de plus de 20 kilomètres. Alors que si un pont est construit sur le N’zi, nous gagnons énormément en temps »affirme un ressortissant de Tiémélékro.

Par ailleurs, la question de la réouverture de l’usine Utexi occupera également une place de choix comme l’a souligné le ministre des Sports, Danho Paulin. Pour le président directeur général, Konaté Vassiliki, la solution de l’usine se trouve dans les mains du chef de l’Etat. « Le président nous avait promis une subvention de 2,5 milliards lors de son passage à la veille des élections de 2010, pour nous aider à faire fonctionner l’usine qui représente beaucoup dans la vie économique de la région.

Nous ne savons pas si cela a été fait ou non car en 2012, le chef de l’Etat, pour l’usine Cotivo d’Agboville, a décaissé le même montant qui ne nous est jamais parvenu et pourtant il est mentionné que j’ai perçu 2,5 milliards de francs CFA. Cette visite nous réconforte car nous espérons que le président prendra des décisions pour la réouverture de l’usine ». Comme on le voit, si  cette visite du président Ouattara dans la région du N’zi  est une lueur d’espoir pour les populations, elle sera aussi pour lui une véritable équation vu les nombreux problèmes qui seront soulevés au cours de cette visite d’Etat.

  •  
    183
    Partages
  • 183
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Read Previous

2è lettre ouverte du neveu à son oncle Ahoussou : « La base du RDR-RHDP te vomira à coup sûr »

Read Next

Fatoumata Diabaté Chérif, proche de Kandia Camara, 1ère proviseure du Lycée d’excellence de Grand-Bassam

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *