Côte d’Ivoire : Alexis Sékongo, prix d’excellence mérité, pour un défenseur de la culture sénoufo

Alexis Sékongo, promoteur de la culture Sénoufo

Alexis Sékongo, promoteur de la culture Sénoufo a reçu le prix du meilleur promoteur de l’intégration africaine le mardi 6 août 2019 des mains du Président de la république. Le nouveau lauréat s’est confié à Afrik Soir.

Le prix d’excellence national du meilleur promoteur de l’intégration africaine vous a été décerné par le Président de la république à la veille de la fête de l’indépendance. Quels sont vos impressions ?

C’est un sentiment de joie qui m’anime. Un proverbe Sénoufo dit que lorsque vous déborder de joie il faut éviter de souffler le feu au risque de l’éteindre. C’est mon cas après l’obtention de ce prix qui vient à point nommé. C’est un honneur pour moi. Je voudrais saluer et encourager ce genre d’initiatives. Je dis merci au Président de la république Alassane Ouattara pour cette distinction qui récompense le travail que nous faisons à travers la promotion de la culture Sénoufo. Ce genre de récompense permet d’encourager toutes les personnes dynamiques dans leur secteur d’activité. Je retiens à travers ce prix que lorsqu’on te confie un travail il faut bien le faire parce que quand on travail, c’est pour soit même et non pour quelqu’un.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Pourquoi l’historien Jean-Noël sera célébré

Est-ce que vous vous attendiez à une telle récompense après tant d’années passées à parcourir la Côte d’Ivoire et les pays de l’extérieur dans le cadre de la promotion de la culture ?

Je ne m’attendais pas du tout. Tout ce que je faisais, je le faisais avec passion sans attendre quelque chose en retour. Je ne savais pas que de Korhogo on voyait ce que je faisais. J’étais loin de m’imaginer qu’un jour je serais récompenser par le Présidence de la république au Palais de la Présidence de la République. Il est vrai que j’ai déjà glané des prix mais celui-ci est particulier. Récemment on me demandait certains rapports et documents sans me dire pourquoi. A mon tour je les fournissais sans arrière-pensée. C’est en cela que j’apprécie la méthode de sélection car elle est beaucoup crédible.

Que comptez-vous faire après l’obtention de ce prix d’excellence national du meilleur promoteur de l’intégration africaine ?

Ce prix ne fait que me galvaniser davantage à donner le meilleur de moi. C’est maintenant que je dois me mettre au travail. Car dorénavant, tout le monde à l’œil sur moi. Je n’ai donc pas droit à l’erreur. Il y a encore beaucoup de défi à relever après ce prix. L’un des défis est de faire en sorte qu’il n’y ai pas de barrières physiques entre les peuples. Cette intégration doit être pour nous un tissu économique. Il faut qu’on intègre tous les peuples en arrivant à nous parler franchement et en développant d’autres aspects entre nous africains. Si cela est fait, cela donner une autre image à l’Afrique autre que celle des guerres, de la famine, des catastrophes etc. Nous devons valoriser toutes nos cultures.

Quel est votre dernier mot ?

Je voudrais dire merci à mes parents géniteurs, à mes amis et à tous ceux qui ne cessent de m’encourager. Je voudrais dire merci également à mes collaborateurs du ‘’Balafon du nord’’. Ce prix est à tous car chacun a contribué d’une façon ou d’une autre.

Entretien réalisé par Karina Fofana

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info