Côte d’ Ivoire : « En présentant Guillaume Soro comme un criminel, on frustre les ex-chefs de guerre de la rébellion »

« En voulant forcément faire mal à Guillaume Soro, c’est indirectement à ces chefs de guerre de la rébellion, qui ont décidé d’être fidèles et loyaux à la République qu’on frustre ». Telle est la conviction de Mamadou Traoré, cadre de GPS et ex-membre des FN.

J’entends certains mendiants du Restaurant, dans leurs tentatives de destruction de l’image de Guillaume Soro, dire que s’il n’y avait pas eu les Chefs de guerre qui furent les bras armés de la rébellion, il n’aurait jamais réussi son combat.

Et de conclure que le vrai héros de cette rébellion, ce n’est pas Guillaume Soro qu’ils considèrent comme un opportuniste,mais plutôt les Chefs de guerre avec à leur tête IB.
Et pour eux, présenter Guillaume Soro comme le héros de la rébellion c’est frustrer les chefs de guerre car ce sont ces derniers qui ont été à la base de son héroïsme.
Hypocrites qu’ils sont, ils n’osent pas dire à haute voix ce qu’ils pensent réellement de l’implication de leur gourou dans cette rébellion. Pourtant, dans leurs commentaires, ils font transparaître l’idée selon laquelle sans leur gourou également, Guillaume Soro n’aurait jamais réussi sa mission.

A lire aussi : « La rébellion de Soro avait pour unique objectif de faire de Ouattara, candidat » (Pro-Soro)

Oui, les Chefs de guerre ont joué un rôle déterminant dans l’action menée par Guillaume Soro. En effet, sans eux,Guillaume Soro n’aurait pas atteint ses résultats.
Il n’aurait pas réussi à mettre la pression sur Laurent Gbagbo et à partager le pouvoir avec lui à partir de 2007. Ils ont été son bras séculier. Voici pourquoi il ne cesse de leur reconnaître leur mérite. Mais aujourd’hui, pour les protéger, pour éviter que le pouvoir ne les accuse de complicité de coup d’État, il préfère les ignorer. Souvenez-vous lorsqu’à Katiola il rendu hommage à Vetcho.

Ce dernier, sous pression du pouvoir, n’a pas tardé à réagir pour afficher sa fidélité et sa loyauté au chef suprême des armées. C’est pourquoi, à cause de la suspicion généralisée qui règne en ce moment, Guillaume Soro et ses proches que nous sommes, préférons ne pas faire allusion aux faits de guerre de ces comzones qui ont été le fer de lance de son combat. Mais il faut reconnaître que sans Guillaume Soro pour conduire cette rébellion, la branche armée des Forces Nouvelles, composée des Chefs de guerre, n’aurait pas prospéré plus d’un mois.

Guillaume Soro et la rébellion

Elle aurait été balayée par la Force Licorne car cette force aurait considéré la bande armée des chefs de guerre comme une bande désorganisée de voyous. Ce qui a amené la communauté internationale à prendre au sérieux cette rébellion, c’est parce qu’elle avait une branche civile composée de personnes connues et ayant une certaine légitimité historique comme Guillaume Soro. Je rappelle que c’est avec la branche civile et politique des Forces Nouvelles, avec à sa tête Guillaume Soro, que toutes les discussions de sortie de crise ont eu lieu.

Pas avec les chefs de guerre. La seule discussion qui a impliqué les chefs de guerre, c’est la toute première, celle de Lomé. Je rappelle également que c’est avec l’organisation mise en place par Guillaume Soro et non IB, que les Forces Nouvelles ont fini par être considérées comme une force politique qui a intégré toutes les structures de sortie de crise mises en place dans le cadre du processus de sortie de crise comme par exemple la CEI. C’est également avec l’organisation mise en place par Guillaume Soro que les Forces Nouvelles ont pu administrer pendant huit ans, sans encombres, la zone sous leur contrôle.

 Guillaume Soro rébellion
Guillaume Soro et Wattao

Enfin, c’est le leader des Forces Nouvelles qu’était Guillaume Soro qui a organisé les élections présidentielles qui ont sonné la victoire du gourou du Restaurant. Bref, en tant que Secrétaire Général des Forces Nouvelles, Guillaume Soro était le chef suprême des armées de cette organisation. Comme l’est par exemple le Chef de l’État en sa qualité de Chef suprême des armées. C’est Guillaume Soro qui nommait les comzones et qui leur confiait des fonctions et des missions précises dans les zones qu’ils administraient. Les Chefs de guerre obéissaient aux ordres de Guillaume Soro qui était leur leader, leur chef suprême.

C’est encore Guillaume Soro qui a imposé les grades de commandant qu’il a octroyés aux chefs de guerre, à la République de Côte d’Ivoire. C’est d’ailleurs ces grades qui leur ont permis d’accéder facilement à ces hauts grades qu’ils ont en ce moment. Présenter donc Guillaume Soro comme le héros de cette rébellion qu’il a conduite, ce n’est en aucun cas frustrer les chefs de guerre qui avaient choisis Bogota comme leur chef en lieu et place d’IB. Je pense au contraire que ceux qui frustrent en ce moment les anciens chefs de guerre, ce sont ceux qui présentent Guillaume Soro comme un criminel car ce n’est pas lui qui était au front avec les hommes d’IB.

Guillaume Soro, un opportuniste dans la rébellion?

Ceux qui étaient aux fronts avec les hommes d’IB c’étaient par exemple Shérif Ousmane contre Kass à Bouaké en Juin 2004 et les Vetcho, Morou et Fofie contre les hommes d’IB à Korhogo. En voulant forcément faire mal à Guillaume Soro, c’est indirectement à ces chefs de guerre qui ont décidé d’être fidèles et loyaux à la République qu’on frustre. On me dira que Guillaume Soro n’était pas à la création du mouvement et que c’est IB qui lui a fait appel comme ce dernier, dans une vidéo, l’a affirmé. Je ne reviendrai plus sur cet épisode de l’organisation de la rébellion que j’ai présenté dans l’un de mes posts.

L’histoire de la rébellion ivoirienne est très profonde. Je suis convaincu que dans les mémoires de Guillaume Soro sur cette rébellion qu’il est en train d’écrire, vous serez édifiés par certains faits et par l’implication de personnes insoupçonnables et insoupçonnées dans la préparation de cette offensive militaire. L’implication d’Amon Tanoh dans l’organisation de cette offensive a déjà été éventrée par Guillaume Soro.
Ce n’est que la partie visible de l’iceberg. A tous ceux donc qui parlent de la rébellion ivoirienne sans savoir de quoi il en est,soyez humbles.

Vous ne savez rien et Guillaume Soro fut l’acteur principal de cette offensive et non IB contrairement à ce que beaucoup peuvent penser. Je voudrais, au passage, présenter mes excuses à tous ceux que mon post sur la préparation de cette rébellion et l’implication de Guillaume Soro dérangerait. Surtout à ceux qui ont perdu des proches et des biens à cause de cette rébellion. Je voudrais, une fois de plus ,leur demander pardon pour tout ce qu’ils ont pu subir pendant la rébellion. Nous regrettons amèrement l’erreur que nous avons commise. Mon intention n’était pas de leur faire mal. Mais,il était de mon devoir de rétablir certaines vérités afin de mettre fin à la tentative de banalisation de mon leader dans la gestion de cette rébellion qui a permis à certains d’être aujourd’hui au pouvoir.

Cette rébellion pour laquelle ,plus d’une fois, il a faillit perdre la vie. Et je n’accepte pas qu’on puisse banaliser son action et faire de lui un pantin ou un opportuniste dans la gestion de cette rébellion alors qu’il en est le héros principal. Jamais, je n’accepterai cela. C’est ce qui explique l’origine de ce post pour rétablir certaines vérités.
Une fois de plus,toutes mes excuses à ceux à qui ce post fera réveiller de vieux mauvais souvenirs. Mais comme nos gars du Restaurant veulent réveiller les mauvais souvenirs de la rébellion de 2002 en activant des proches d’IB contre Guillaume Soro, nous ne pouvons que répliquer à leur attaque en donnant notre part de vérité.

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Ce sont nos gars du Restaurant qui ont fait remonter les vieux souvenirs, les vieilles blessures et douleurs de la rébellion en voulant faire mal à Guillaume Soro. Nous ne faisons que répliquer à leur attaques. Le jour où ils attaqueront Guillaume Soro sur un autre dossier que celui de la rébellion grâce à laquelle ils sont au pouvoir,ce jour là,nous ne parlerons plus de la rébellion.

El Hadj Mamadou Traore

Guillaume Soro rébellion. Guillaume Soro rébellion

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Précédent

Côte d’Ivoire : Un fidèle musulman recadre l’imam Hamidou Berthé d’Attécoubé après son prêche violent

Suivant

Côte d’Ivoire : Mabri organise sa résistance, vers la restructuration du Bureau politique de l’UDPCI

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *