Coopération Ivoiro-guinéene : La leçon de panafricanisme de Condé à Ouattara

Alpha Condé et Alassane Ouattara le vendredi 26 avril 2019 à Abidjan

Alpha Condé, président de la République de Guinée effectue en Côte d’Ivoire du 25 au 27 avril 2019 une visite de travail et d’amitié. Il a été reçu par Alassane Ouattara le président ivoirien au palais présidentiel d’Abidjan-Plateau. Quelques séquences de son intervention.

«Je vous ai félicité de votre sagesse quand vous avez pris l’amnistie en faveur des prisonniers politiques. J’ai dit à mes amis ivoiriens qui vivent en Guinée que jamais notre pays ne servira de base arrière pour nuire à la Côte d’Ivoire. Nous recevons nos frères ivoiriens mais avec obligation de ne pas faire de politique ni de ne mener aucune action hostile pour nuire à la Côte d’Ivoire ni au Sénégal,ni au Mali ni dans aucun autre pays voisin.

Mais nous sommes des frères.(…) Je sais que vous avez connu beaucoup d’épreuves lors de la présidence du président Gbagbo, je suis allé à la flamme de la paix qui a eu lieu à Bouaké mais malgré ça, les problèmes ont continué donc je suis heureux que la Côte d’Ivoire soit en paix surtout sous votre vigilance.

A lire aussi :Alpha Condé : “Le CFA sera dépassé”

Je sais que vous avez pris toutes les mesures possibles pour que le terrorisme ne puisse pas agir sur le territoire ivoirien. Nous avons besoin de paix et de tranquillité dans la sous-région» «Je voudrais que nous allions plus loin dans la coopération.

Que nous ne faisons pas les mêmes choses et qu’on tienne compte des possibilité de chaque pays. Il est extrêmement important que nous séparons les problèmes politiques des problèmes économiques. Quelque soit le degré de rapport entre la France et l’Allemagne, ils coopèrent toujours économiquement.

Du cacao en Guinée

Malheureusement chez nous, dès qu’il y a un problème politique on transforme ça en problème économique. Ça ne sert à rien de faire des usines pour un marché faible alors que nous pouvons le faire pour un marché très large. Sachons maximiser nos marchés».

«Vous m’avez soutenu lorsque j’ai voulu faire du cacao, les échanges ont traîné parce que certains producteurs traînaient les pas. Je vous ai appelé et vous avez tapé du poing sur la table et ils nous ont donné le cacao pour le cacao Mercedes en Guinée que nous voulons explorer. C’est vraiment un grand geste de fraternité. Je peux vous assurer que la Guinée saura en faire bon usage.

« Aujourd’hui vous êtes le président de tous les Ivoiriens, vous n’êtes plus seulement le président du RHDP, je sais que c’est votre volonté parce que je vous ai vu à mes côtes lors de mon mandat à la présidence de l’Union africaine »

Aujourd’hui vous êtes le président de tous les Ivoiriens, vous n’êtes plus seulement le président du RHDP, je sais que c’est votre volonté parce que je vous ai vu à mes côtes lors de mon mandat à la présidence de l’Union Africaine. Pendant un an, vous avez été un véritable panafricain et j’espère que vous allez continuer. On vous a confié un agenda très important l’agenda 2063 et j’ai été très fier lorsque vous avez présenté votre premier rapport à Addis-Abeba»

«Je sais aussi que vous êtes très ouvert à la coopération puisque vous donnez du courant au Togo au Burkina Faso, au Ghana aussi à la Guinée. Ce projet nous en avons discuté avec le premier ministre pour que l’intersection qui est financé par la BAD entre la Côte d’Ivoire et le Mali puisse être comptant des échanges. Nous avons la possibilité de 6000 mégawatts au kilowatts avec une grande capacité et nous pourrons aidé nos pays voisins».

« J’ai vécu en Côte d’Ivoire »

«Je suis content d’être ici parce que j’ai vécu en côte d’Ivoire même si souvent nous avions été opposants mais c’est normal parce que je travaillais avec les opposants puisque je l’étais. Mais aujourd’hui nous sommes là et notre rôle c’est de continuer à développer le pays mais aussi de permettre à nos opposants de retrousser leurs manches et permettre à ce que leurs manifestations soient des manifestations qui respectent les lois».

«Il faut qu’on soit autonome. Il ne faut plus qu’on accepte qu’on nous dicte des lois. Moi je n’accepterai jamais qu’on me dicte des lois de l’extérieur pour la Guinée. J’accepte les propositions de l’UA me dise mais pas une puissance Européenne. Le problème de la Libye ne peut être réglé que par l’Afrique.

Il y’a trop d’interférences donc l’UA n’arrive pas à régler ses problèmes. Jamais jamais la Minusma ne peut régler le problème du Mali, il faut qu’on dise la vérité à nos frères Maliens. Il faut les grandes puissances sachent que nous n’avons besoin que de moyens pas de leçons».

Roxane Ouattara

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info