Burkina Faso : Menace sur la filière sésame, des hommes d’affaires indiens accusés

Filière sésame Burkina Faso

Y aurait-il une réelle menace sur la filière sésame au Burkina Faso ? En tout cas, c’est ce que croit l’Association de jeunes commerçants de céréales.

« Les expatriés notamment les Indiens vendent le kg du sésame en deçà du prix plancher (NDLR : 650F pour le sésame blanc et 625F pour le sésame bigarré) pour tuer notre commerce. Les Indiens montent et baissent les prix de manière anarchique« * s’est indigné jeudi, Abdoul Moumouni Ouedraogo, secrétaire général de l’Association des jeunes commerçants de céréales et membre de l’Interprofession de la filière sésame au Burkina Faso, lors d’une conférence de presse tenue à Ouagadougou.

Les prix ne sont pas la seule raison de la discorde. Les acheteurs étrangers comme il les appelle ne respectent pas les textes, refusent d’intégrer les associations et ignore royalement le cahier de charges qui regroupe toutes les bonnes pratiques et l’ensemble des règles qui régissent la filière sésame. Mieux ces acheteurs refusent même de signer des contrats explique Abdoul Moumouni Ouedraogo.

A lire aussi : Burkina Faso : C’est l’armée française (Barkhane) qui a tué les 15 terroristes de Belhouro

Selon les conférenciers du jour, depuis 6 ans la collaboration avec les expatriés n’est pas au beau fixe. Et avec des tractations ils étaient arrivés à un terrain d’entente lors d’une rencontre. Entente qui n’a duré que quelques jours. « On s’est mis d’accord à vendre le kg à 625 F. Tout allait bien jusqu’à ce que les Indiens commencent à vendre le kg à 605Fcfa » dit-il.

Deuxième produit agricole d’exportation au Burkina Faso après le coton, le sésame constitue aujourd’hui une source de revenus pour les acteurs de la filière. Pour les commerçants, la collaboration avait pourtant bien débuté. « Nous reconnaissons que c’est avec l’arrivée des expatriés que le kg du sésame est monté jusqu’à 975F FCFA » selon SG de l’association.

« On est déjà dos au mur, on ne peut plus reculer. Soit ils se joignent à nous soit ils abandonnent complètement le commerce du sésame » martèle le SG qui ne manque pas d’ajouter qu’ils ne travailleront plus avec les expatriés tant qu’ils ne signeront pas une convention.

Malgré le mot d’ordre de l’association, la question qui revient est comment ces Indiens arrivent à être livrés s’ils ne sont pas eux-mêmes producteurs de sésame? « Il y a des gens qui vendent des tonnes aux expatriés. Et pour réguler cela l’association a mis en place un comité de veille pour surveiller le commerce » indique Abdoul Moumouni Ouedraogo.

De 2001 à 2015, le volume de sésame est passé de 58 500 tonnes à 171 500 tonnes. Les recettes de l’exportation du sésame sont évaluées à plus de 350 milliards de Francs CFA de 2010 à 2016 hissant ainsi le pays des Hommes intègres au quatrième rang mondial des pays exportateurs de sésame derrière l’Ethiopie, l’Inde et le Soudan.

Mohamed Nakanabo

56è session de la CEDEAO : Roch Kaboré à Abuja
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info