Burkina Faso : Le CISC s’inquiète après de nouvelles arrestations à Tanwalbougou

Le Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés (CISC) s’est indigné dans un communiqué dont radio Oméga a obtenu copie, ce qu’il a qualifié « arrestation trouble ». Et de se demander s’il y avait « un autre drame en cours ».

« Le lundi matin, 29 juin 2020, des forces de défense et sécurité (FDS) viennent de débarquer chez le cheick de Tawalbougou. Plusieurs personnes civiles viennent d’être arrêtées. Cette famille du guide religieux avait accueilli les familles victimes et déplacés des tueries de Tawalbougou du 11 mai 2020.Le motif des arrestations de ce matin n’est pas encore connu et rien n’est notifié à la famille » peut on lire dans le communiqué.

A lire aussi : Drame de l’emploi au Burkina Faso : Plus de 1.2 million de candidats pour 5892 postes à la Fonction publique

« Le CISC attire l’attention des plus hautes autorités administratives et de la hiérarchie militaire, à tout mettre en œuvre pour que ces personnes arrêtées ne subissent pas le même sort que ceux qui avaient été arrêtés le 11 mai 2020 à Tanwalbougou,- en plein marché et 12 corps avaient été convoyés le lendemain à Fada sans que les conditions de leur mort ne soient situées à ce jour » ajoute le collectif.

des forces de défense et sécurité (FDS) viennent de débarquer chez le cheick de Tawalbougou. Plusieurs personnes civiles viennent d’être arrêtées

 Tanwalbougou
Tanwalbougou

Dans la nuit du 11 au 12 mai dernier, 12 civils – des “présumés terroristes” selon le procureur – ont trouvé la morts dans la gendarmerie de Tawalbougou, dans la région de l’Est. Selon le procureur du Faso, Judicaël Kadeba, ils sont morts dans leurs cellules. Information démentie par plusieurs personnes et organisation dont le CISC.

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Et au cours de son point de presse sur lesdits évènements , Le procureur général de la cour d’appel de Fada N’Gourma, Rasmané Bikienga a indiqué qu’aucune trace de balle n’a été observée dans les corps des 12 présumés terroristes contrairement aux informations de premières heures sur leur mort dans la nuit du 11 au 12 mai au sein de la gendarmerie de Tanwalbougou.

Radion Omega

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Read Previous

Afrique du sud : Début du test d’un vaccin britannique contre le coronavirus

Read Next

Côte d’Ivoire : « Le meilleur au RHDP, c’était Duncan, voici comment il a été écarté » (Ezaley)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *