Burkina Faso : 50 000 « traders » exigent le dégel de leurs avoirs dans les maisons de placement

L'Association des investisseurs en trading du Burkina Faso

50.000 investisseurs exigent le dégel des avoirs des maisons de placement afin d’entrer en possession de leur argent. L’association des investisseurs en trading (AIT) a animé une conférence de presse ce samedi matin à la bourse du travail pour dénoncer un « holdup up » économique. Elle demande au gouvernement de décanter rapidement la situation.

Le trading est un mot anglais couramment utilisé pour désigner les opérations d’achats et de ventes effectuées sur les marchés financiers. L’investisseur en trading est donc celui-là qui souscrit à un contrat avec une société et qui espère un retour sur investissement. L’activité qui existe depuis plus de 3 ans au Burkina fait en ce moment couler beaucoup d’encre et de salive.

La raison : le gel des avoirs des sociétés de trading par les banques sur décision gouvernementale. Wendbenedo Nikièma, est le chargé de communication de l’association des investisseurs en trading. Il dénonce une conspiration qui ne dit pas son nom.

A lire aussi : Le Ghana offre 110 millions FCFA « pour soutenir les efforts du Burkina dans la crise humanitaire »

« En réalité, beaucoup de gens savent aujourd’hui qu’il y a une manne pas croyable. Apparemment des gens veulent s’accaparer cette manne. Ça c’est le premier objectif. Le second objectif, c’est de détruire l’activité menée par des jeunes indépendants. Ils ont laissé une activité qui a été légalement installée », a déclaré Wendbenedo Nikièma.

Environ plus de 50.000 personnes ont investi de l’argent dans les maisons de trading. Ces dernières sont issues de toutes les couches sociales. Elles ne demandent qu’une seule chose que l’Etat trouve une solution pour décanter la situation.

« Ça fait bientôt 6 mois que les comptes sont gelés. Notre cri de cœur aujourd’hui c’est que l’Etat dégèle les comptes afin que les sociétés puissent nous payer, parce que ces sociétés disent qu’elles sont prêtes. Elles ne manquent pas d’argent », a déclaré à radio Oméga un investisseur qui a requis l’anonymat.

Blanchiment d’argent, financement du terrorisme sont autant de raisons évoquées par les autorités pour justifier le gel des comptes. Il est reproché aux maisons de trading de faire des appels public à l’épargne. En effet, elles n’ont pas le droit de collecter de l’argent, leur rôle devrait se limiter au conseil ou à la formation.

  •  
    157
    Partages
  • 157
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info