Blé Goudé à France 24 : « Soro est un acteur potentiel en Côte d’Ivoire »

Première partie de l’interview de Charles Blé Goudé à France 24, enregistrée à La Haye (Pays-Bas) et diffusée ce mercredi 5 juin 2019. La suite dans nos prochaines éditions.

Vous avez passé 5 ans ici en prison, vous avez été incarcéré avant cela en Côte d’Ivoire, quel effet cela a eu sur vous ?

Vous savez lorsqu’un père de famille revient de la chasse, il remet le gibier à sa famille sans toutefois qu’il puisse raconter toutes ses frayeurs nocturnes. Ce qui est important ici, ce n’est pas ma personne. C’est la Côte d’Ivoire. Voir la vie de tous ceux qui y vivent. Alors moi en tant que Charles Blé Goudé, est-ce que la prison a eu un effet sur moi ? La prison a toujours un effet sur tout individu qui y met les pieds.

Etes-vous parmi ceux qui pensent que Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié doivent passer le relais?

Malheureusement ce n’est pas moi qui décide de cela, la Côte d’Ivoire a une loi électorale et je suis toujours attaché aux règles et aux lois. Le peuple décidera de qui conduire sa destinée. Il ne faut pas personnaliser le débat politique en Côte d’Ivoire et le polariser sur des personnes.

A lire aussi : Human Rights Watch épingle encore Ouattara et pointe son impunité

Je vais quand même le faire , je vais poser une question sur quelqu’un de votre génération. Est-ce qu’on peut considérer Soro comme un leader potentiel, plus jeune?

C’est un acteur potentiel en Côte d’Ivoire, qu’on l’aime ou pas ,il fait partie des hommes politiques ivoiriens, maintenant entre ce que l’homme politique veut et ce que la population est prête à accepter il y a un hiatus. On propose une offre politique ,un projet de société et il revient à la population de décider. Mais on ne peut pas avoir des gens assis dans leur salon et qui vont décider de notre avenir parce qu’ils se sont octroyés la légitimité de ce qu’on doit penser, de ce qu’on doit dire et de ce qu’on doit faire. Ce n’est pas à moi de le dire. Il est un homme politique, c’est un fait. Maintenant est-ce que c’est un bon homme politique, est-ce que c’est un homme politique que les ivoiriens doivent prendre comme président ; C’est leur responsabilité.

Est-ce que Alassane Ouattara doit se représenter ?

Je vais vous répéter exactement la même chose. ADO voici bientôt 10 ans qu’il est au pouvoir. Les ivoiriens l’ont vu agir. Ils l’ont observé dans sa gestion des libertés, sa gestion de l’économie, dans sa manière de concevoir la société ivoirienne. A la fin c’est à eux de décider s’ils veulent continuer avec lui ou non premièrement, deuxièmement que dit la loi ivoirienne ?

Moi je ne mène pas les combats de personne, je veux qu’un système change, que mon pays change, qu’on tire les leçons de ce qui est nous est arrivés. J’ai eu beaucoup de temps pour faire le bilan, je ne veux plus recommencer les même choses en polarisant les questions d’Etat sur les individus. Venons-en aux projets, à l’offre politique, aux actions, à l’idéologie et à la vision de ces hommes d’Etat. Un homme d’Etat il bâtit dans le temps, il construit, il prépare pour les générations futures. Un politicien il prépare les élections futures. En Côte d’Ivoire. J’ai bien peur qu’on ait plus affaire aux hommes politiques et qu’on manque d’hommes d’Etat. Les Ivoiriens ont besoin d’être soignés, d’une éducation et ont besoin de ressentir la croissance dans leur assiette. C’est de cela qu’il s’agit. Les gens qui fuient la Côte d’Ivoire et qui traversent la méditerranée au prix de leur vie pour venir en Europe pour être ouvrier. Ils fuient la misère et le désespoir. C’est cela que ma génération veut changer.

Vous avez été accusé d’être anti français, est-ce un mauvais procès qu’on vous fait ou admettez-vous l’avoir fait? C’est quelque chose que vous regrettez ou que vous assumez ?

Je veux parler avec les autorités françaises des relations franco-ivoiriennes et de l’avenir de la Côte d’Ivoire.Ce n’est pas moi qui ai bâti nos relations historiques. Je veux qu’on ait des rapports gagnant gagnant, que la France tienne compte des intérêts français et ivoiriens en Côte d’Ivoire et un respect entre Etats. C’est tout ce que j’ai demandé et je ne crois pas que cela puisse être synonyme d’être anti-français.

Prince Beganssou

La suite dans nos prochaines éditions

  •  
    1.1K
    Partages
  • 1.1K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prince Beganssou

Précédent

Côte d’Ivoire : Un élève de 9 ans emporté par les eaux de pluie à Bongouanou

Suivant

Côte d’Ivoire : Arrestation du militaire à l’origine de la mort d’un chauffeur de moto-taxi à Sipilou

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *