« Bédié est le fédérateur dont nous avons besoin » (Grand conseil régional PDCI du Gotougo)

Coordonnateur du Grand conseil régional, délégué de Bondoukou 1, Kossonou Kobenan Honoré jette un regard sur l’actualité et notamment l’enrôlement et la candidature du président Henri Konan Bédié. Pour lui, c’est le destin de Dieu qui va s’accomplir avec la victoire du président Bédié.

Comment se porte le PDCI-RDA dans votre région à la veille des élections présidentielles ?

Le PDCI-RDA se porte globalement bien. Nous avons réussi à mettre des délégués un peu partout après  les différentes crises que nous avons connues au plan politique au niveau de la région du Gontougo. Tous les postes de délégués sont pourvus, nos militants de base sont restés sur-place et le parti existe bel et bien. C’est vrai que depuis la survenue de la pandémie à Coronavirus, de manière générale, les choses sont au ralenti. Donc nous sommes en train de corriger cela car moi je viens de faire deux missions sur le terrain pour travailler à la mobilisation et à la sensibilisation de nos militants et leur enrôlement sur la liste électorale. Il faut souligner qu’au niveau de nos bases, ceux qui sont PDCI sont restés en place et ceux qui ont choisi d’être au RHDP sont partis. Donc nos bases sont  restées intactes. Nous avons six vice-présidents du PDCI, nous avons un secrétaire exécutif et un coordonnateur régional et des délégués et une centaine de secrétaires de section.  Maintenant ce qu’il nous faut, c’est de travailler de manière coordonnée, chacun selon ses responsabilités tel que c’est défini dans les statuts et le règlement intérieur pour que le travail que nous effectuons soit complémentaire. L’urgence aujourd’hui c’est que nous regardions tous dans la même direction pour que l’élection présidentielle soit notre priorité.

Il faut souligner qu’au niveau de nos bases, ceux qui sont PDCI sont restés en place et ceux qui ont choisi d’être au RHDP sont partis

A lire aussi : « 2020 sera l’année de la Côte d’Ivoire nouvelle » (Raymond N’Dohi)

Aujourd’hui, l’actualité, c’est l’enrôlement sur la liste électorale. Comment l’opération se déroule-t-elle dans votre zone ?

La question de l’enrôlement est une question urgente.  En ma qualité de coordinateur du Grand conseil régional, j’ai mis à disposition 5000 timbres  pour permettre aux jeunes majeurs d’établir leur certificat de nationalité. Et nous avons sur le terrain une équipe pour essayer de mobiliser nos militants à l’enrôlement. Chaque délégué, à son niveau, fait ce qu’il peut. Globalement, nous avons des difficultés dans nos sous-préfectures. C’est dans la transcription des dossiers que nous envoyons sur les fiches. Ensuite, nous avons des difficultés de signature dans les tribunaux. Nous avons donc deux goulots d’étranglement. Nous avons déposé des milliers de dossiers et jusqu’aujourd’hui, nous n’avons  qu’une cinquantaine de dossiers signés. Je voudrais dire que nous recevons des demandes  venant de tout le département. Notre objectif, c’est de pouvoir faire enrôler 5000 personnes.

Henri Konan Bédié, à la clôture du bureau politique du 05 juin 2020
Henri Konan Bédié, à la clôture du bureau politique du 05 juin 2020

Récemment, les différentes instances du PDCI ont sollicité la candidature du président Henri Konan Bédié qui, d’ailleurs, a donné une suite favorable à cette sollicitation. Quelle est votre opinion sur cette candidature du président Bédié ?

Pour nous cette candidature du président Bédié est naturelle. Nous sommes du ‘’Réseau des cadres PDCI  notre héritage’’, et initialement  nous avons  souhaité que le PPDCI ne disparaisse pas. Donc nous avons mené ce combat et le PDCI n’a pas disparu. Nous avons  également pensé que le président Bédié est le meilleur fédérateur parce qu’aujourd’hui, c’est la conscience de la Côte d’Ivoire. Quand il parle, le  pays  bouge. Il est écouté et c’est lui qui rythme l’actualité du pays. Nous avons une plateforme aujourd’hui avec des personnalités importantes. Le FPI a déjà exercé le pouvoir, donc nous avons un ancien président, nous avons des présidents d’Institutions. Ceci pour dire que le PDCI a avec lui des partenaires qui sont de poids. Et n’y a que le président Henri Konan Bédié qui peut faire l’unanimité auprès de ces partenaires. Pour nous, c’est essentiel. Si nous revenons à 1999, depuis que nous avons perdu le pouvoir, le président Bédié a toujours démontré son amour pour ce pays. Il n’est jamais parti de ce pays. Il a accepté d’accompagner tous ceux qui étaient-là. Que ce soit le président Gbagbo et le président Alassane Ouattara. Il les a accompagnés au nom de l’amour de ce pays. En vérité, c’est une personnalité qui fédère. Aujourd’hui, nous sommes avec le FPI, avec Gps et toute l’opposition. Même souvenons-nous que c’est grâce au président Bédié que ce pouvoir qui est là aujourd’hui a pu se mettre en place. Le président Bédié est un pion et un personnage central. Nous pensons que pour les difficultés que nous avons dans ce pays. Notamment la réconciliation qui coince avec les exilés, beaucoup  de condamnés, la  réconciliation ne peut pas être  parfaite. Si  ce pays veut se développer de façon harmonieuse, il faut  que nous arrivions à une réconciliation totale et que nous puissions vivre comme par le passé. C’est une position que j’ai défendue lors du dernier Bureau politique. Pour les jeunes générations, je dirai que quand le président Bédié sera au pouvoir, chacun  sera à sa place pour le développement du pays.

En vérité, c’est une personnalité qui fédère. Aujourd’hui, nous sommes avec le FPI, avec Gps et toute l’opposition.

Que répondez-vous à ceux qui mettent en avant la question de l’âge du candidat du PDCI ?

Je dis qu’ils sont en train de paniquer. Ils ont toujours pensé que le président Bédié pourrait être candidat, mais ils ne savaient pas que cela sera une réalité. Sinon au fond, qu’est-ce que l’on reproche au président Bédié ? Je dis souvent que les gens ne savent pas lire les signes du destin. Le président Henri Konan Bédié a subi un coup d’Etat en 1999. A notre avis, pourquoi Dieu l’a gardé jusqu’aujourd’hui dans cet état de santé ? Il arrive à marcher sur ses pieds. Il est lucide intellectuellement et il est physiquement viable. Est-ce que quelque part, il n’a pas une mission à accomplir pour la Côte d’Ivoire ?

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Donc à mon sens, quand on regarde les choses de près, nous nous rendons compte que nos adversaires ne sont pas encore stables dans le choix de leur candidat. A regarder tout cela de près, nous nous rendons compte que le président Bédié, c’est le choix de Dieu pour la Côte d’Ivoire.

Entretien réalisé par JEROME N’DRI

Nouveau Réveil

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Read Previous

Mali : « Nous allons trouver la solution, mon rôle d’Imam m’oblige à considérer la paix comme l’essentiel » (Dicko)

Read Next

Burkina Faso : Du foot et de la pétanque pour sensibiliser les jeunes à s’enrôler

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *