Attaque de gendarmerie de Guiglo et de commissariat de Yamoussoukro : « Je ne suis pas informé, c’est peut-être un acte isolé de banditisme local » (Sidi Touré)

Sidi Tiémoko Touré, porte-parole du gouvernement ivoirien

Première activité sur l’agenda du Chef de l’Etat qui est en visite d’Etat dans la région du N’Zi, le conseil des ministres qu’il a présidé à la Préfecture de Dimbokro, hier. Entre autres décisions de cette rencontre hebdomadaire du gouvernement, la nomination des 15 membres de la commission centrale de la nouvelle Commission électorale Indépendante (CEI) mise en place au forceps par le gouvernement. On note une forte présence de personnalités du RHDP ou supposées être proches du RHDP (voir la liste).

Selon le porte-parole du gouvernement, la nomenclature de cette CEI est le fruit des discussions avec la frange de l’opposition qui était à la table de discussions avec lui, notamment le Fpi du président Affi N’guessan « Cette Cei est la résultante des négociations que nous avons eues avec  les acteurs politiques, la société civile et parties prenantes et toutes les entités qui ont des intérêts dans ce processus d’élection de façon inclusive. Même le Fpi a été partie prenante. Ceci se reflète d’ailleurs dans cette commission électorale ainsi présentée », a expliqué le ministre Sidi Touré.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : L’attaque du commissariat de Yakro, une remontada des militaires sur les policiers ?

On peut le dire sans risque de se tromper, que le président Youssouf Bakayoko s’en va de la tête de la CEI. Même si la question semble ne pas préoccuper le gouvernement, (du moins si l’on s’en tient au commentaire du porte-parole) , elle a été évoquée par les journalistes lors du point-presse tenu à la maire de Dimbokro. Il s’agit de la résurgence des attaques des différents commissariats et brigades de gendarmerie dont la dernière en date est celle survenue à la brigade de gendarmerie de Guiglo dans la nuit du mardi au mercredi.

Sur la question, le porte-parole du gouvernement n’a pas donné de précision pouvant éclairer la lanterne et rassurer l’opinion « Vous connaissez mieux les faits et le seul commentaire que je veux faire de ces faits, c’est que c’est un malheureux incident dû à une incompréhension entre deux corps. A la suite des différents événements, les différents commandements, police, gendarmerie et militaire ont entamé une tournée dans les casernes et qui a été très fort bien appréciée par les hommes de troupes qui ont compris leur obligation de fraternité d’armes et je pense que le souci est réellement derrière nous. Les choses sont rentrées dans l’ordre et, bien sûr, des enquêtes se mènent pour en savoir plus », a fait savoir le ministre de la Communication et des Médias.

Qui dira, par la suite, que le gouvernement n’a aucune information sur l’attaque de la brigade de gendarmerie de Guiglo. « Par rapport à l’attaque de la gendarmerie de Guiglo, je n’ai pas d’information là-dessus. Donc je ne peux pas me prononcer sur cet élément. Cela peut être un incident isolé de banditisme local. Cela arrive très souvent localement. Aujourd’hui, il n’y a pas de péril en la demeure », a lancé le ministre Sidi Touré. Notons qu’après le conseil des ministres, le président Alassane Ouattara a procédé à la mise sous tension de la localité d’Ahouniassou, village situé à quelques kilomètres de Dimbokro.

J.N.

Côte d’Ivoire : Ce qui s’est réellement passé dans l’attaque de la gendarmerie de Guiglo.
  •  
    135
    Partages
  • 135
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info