Niamkey Koffi limogé pour de bon par Ahoua N’Doli : L’ex-porte-parole de Bédié refuse toujours d’adhérer au RHDP

Niamkey Koffi

Robert Niamkey Koffi limogé pour de bon, par l’Inspecteur général d’État (IGE), Théophile Ahoua N’Doli, responsable du RHDP. L’ex-porte-parole d’Henri Konan Bédié, président du PDCI refusait, en dépit des pressions et des appels du pied, de rejoindre le RHDP d’Alassane Ouattara.

Pour l’heure, cette information n’est confirmée ni par le concerné, ni par l’institution. Dans la foulée, on apprend également que plusieurs autres inspecteurs ont été visés par le bâton de commandement de Théophile Ahoua N’doli. Ces derniers étaient dans l’institution avant son arrivée. Proposés par son prédécesseur Niamien N’Goran, ils étaient perçus par le nouvel homme fort de l’IGE comme des gens non favorables à son parti politique, le RHDP.

A lire aussi. Côte d’Ivoire : Ouattara interdit les activités de PDCI-Renaissance de Duncan

Concernant le professeur Niamkey Koffi, il est bon de noter que déjà en mai 2018, Théophile Ahoua N’doli voulait le limoger. Il lui était reproché à cette époque, de se cacher derrière des écrits contre le RHDP d’Alassane Ouattara. Finalement, le projet de limogeage s’est mué en affectation à un poste de conseiller. Cette fois, Théophile Ahoua N’Doli a mis à exécution son projet.

Ces limogeages interviennent dans un contexte de tension politique entre le Président Alassane Ouattara et son vice-président Daniel Kablan Duncan, mentor d’Ahoua N’Doli. Kablan Duncan avait, on se rappelle, créé PDCI-Renaissance pour continuer à exister politiquement au PDCI, tout en conservant ses privilèges au RHDP. Par la suite, il avait validé un think tank parrainé par Ahoua N’Doli, dont l’objectif principal était de contrebalancer au RHDP, l’influence du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, dauphin putatif d’Alassane Ouattara, à la présidentielle d’octobre 2020.

Nimakey Koffi limogé : bataille de positionnement au RHDP

Duncan et son groupe de sénateurs et députés, ainsi que les ministres issus du PDCI avaient alors été sèchement recadrés par Ouattara, qui les a contraints de mettre un terme aux activités de PDCI-Renaissance. Ces limogeages à l’IGE sont donc des mesures des pro-Duncan pour conserver leurs propres « tabourets (expression empruntée à Adama Bictogo), tout en démontrant leur loyauté à Alassane Ouattara, dont l’entourage continue de douter de leur réelle rupture avec Henri Konan Bédié.

Jules Claver Aka

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info