« Il n’était pas question qu’Affi parte au meeting de Ficgayo » (Konaté Navigué)

Konaté Navigué, vice-président du FPI chargé de l’Animation politique était l’invité de la RTI (Radiodiffusion télévision ivoirienne) précisément à l’émission ‘’Matin bonheur’’. Il revient sur les raisons de l’absence de Pascal Affi N’guessan, au meeting de Yopougon, organisé par la dissidence conduite par Assoa Adou et EDS.

Laurent Gbagbo, fondateur du FPI a enfin accepté de rencontrer Affi N’guessan, président actuel du parti, à Bruxelles après 8 ans de refus de la part de l’ex-président ivoirien. Votre commentaire sur cette rencontre tenue secrète par les deux camps?

8 ans de refus, c’est trop dit. Après 8 ans d’incompréhensions, le président Laurent Gbagbo a reçu son jeune frère, le président Pascal Affi N’guessan les 03 et 04 janvier 2020 à Bruxelles et tous les militants du FPI sont heureux parce que c’est le début de la solution de la crise du Front populaire ivoirien. Je suis heureux et fier. Je suis un responsable très heureux en ce début d’année parce que c’est le premier cadeau qu’on nous a donné et c’est le cadeau qui fallait qu’on nous donne.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Le FPI de Gbagbo et EDS disent non au parrainage que veut introduire Ouattara

C’est vrai que la hache de guerre entre Laurent Gbagbo et Affi N’guessan est en train d’être enterrée, mais ce rapprochement, reconnaissez-le, n’est pas du goût de tout le monde surtout de l’entourage de Laurent Gbagbo ?

Mais pourquoi ? Qui vous a dit ça ? Je ne crois pas du tout qu’un seul militant du FPI soit contre la réconciliation et l’unité du parti. A moins qu’il ne soit un sorcier. Or je ne pense pas qu’il y ait des sorciers au FPI.

Quelle est la qualité des relations entre Pascal Affi N’guessan et Assoa Adou ?

Ce sont des relations fraternelles. Puisque ce sont d’abord des frères et des camarades de lutte. Affi est le cadet de Assoa Adou et je peux vous dire que les deux s’appellent, ils échangent sur la possibilité de sortir de la crise du FPI.

Affi N’guessan et Assoa Adou sont-ils amis ou fâchés ?

Ce sont des frères et il peut avoir des incompréhensions dans une famille. Et vous savez que dans des familles biologiques, il y a toujours des incompréhensions de même que dans les familles politiques. Mais ils sont en passe de régler ces incompréhensions.

Est-à dire qu’ils sont toujours fâchés ?

Non, ils ne sont plus fâchés puisque s’ils étaient fâchés ils n’allaient plus s’appeler. Or, je viens de vous dire qu’ils s’appellent au quotidien.

Le samedi 1er février, il y a eu un meeting organisé par EDS et le FPI à Yopougon. Ce meeting s’est tenu en présence de Simone Gbagbo mais pas Affi N’guessan. Comment expliquez-vous cela ?

Ecoutez, la démarche peut gêner la marche. Nous ne sommes pas encore à ce stade. Nous sommes en train de discuter pour mettre en place l’unité du FPI.

Selon nos informations, Affi N’guessan n’a pas été invité ?

Je suis en train de vous dire qu’il ne faudrait pas sauter les démarches dans une réconciliation. Ce sont des phases. Aujourd’hui, il n’était pas question qu’Affi parte au meeting de Ficgayo. Moi, par exemple, j’ai fait appel à tous ceux qui étaient à Yopougon pour qu’ils partent. Les militants de base sont partis mais les responsables ne sont pas encore à ce stade. Ils sont en train de discuter et quand ça sera prêt, vous verrez que très bientôt il y aura un meeting avec tous les cadres du FPI. Ne vous inquiétez pas pour cela.

Le FPI, vous le savez, a trois têtes aujourd’hui. Il y a Laurent Gbagbo, Pascal Affi N’guessan et Simone Gbagbo. Il avait été annoncé un rapprochement Affi-Simone. Qu’en est-il maintenant ?

Le FPI n’a pas trois têtes. Le FPI a beaucoup de cadres et une seule tête. Il y avait des incompréhensions entre les cadres que nous sommes en train  de régler. Il ne faut pas sauter les étapes. Au moment opportun, la première Dame, Simone Ehivet Gbagbo, et le président Affi N’guessan vont se rencontrer parce que des équipes entre eux se rencontrent déjà pour préparer leur rencontre.

Au moment opportun, c’est quand ? Simone est sortie de prison depuis ?

La rencontre entre le président Gbagbo et le président Affi n’a eu lieu qu’en janvier. Nous sommes au 03 février (ndlr : hier), il faut aller étape par étape, il ne faut pas brouiller les étapes. Il faut que cette réconciliation réussisse, il faut que l’unité réussisse. Et les équipes travaillent pour que ça réussisse. Je ne vais pas en dire plus.

Au regard de ces murs de méfiance, de ces calculs politiques, le FPI va-t-il vraiment se réconcilier ?

Le FPI n’a pas le choix. Les militants n’ont pas d’autres choix que de se réconcilier. Aujourd’hui, ce qui se passe c’est qu’il ne faut pas que certains croient qu’il y a une victoire d’une tendance sur l’autre. Aucune tendance n’a gagné, aucune tendance n’a perdu. C’est le FPI qui a gagné et nous avons le devoir d’aller à la réconciliation. En allant à la réconciliation, il faut penser à tous ces militants qui sont tombés.

Le FPI a une histoire et tous ceux qui sont tombés depuis la crise, en leur nom et pour respecter leur mémoire, nous sommes obligés d’aller à la réconciliation. (…) Les intérêts ne peuvent pas l’emporter sur la nécessité pour nous d’aller à la réconciliation nationale. Des gens sont tombés pour cette cause et les gens doivent baisser leurs égos, baisser les tensions et regarder l’intérêt du FPI et travailler à l’unité. Et ça va se faire dans les semaines à venir.

Il a été annoncé un Congrès unitaire au sortir de la rencontre Affi-Gbagbo. C’est pour quand ce Congrès unitaire ?

Ne soyez pas pressée plus que le temps madame. Le Congrès unitaire, de mon point de vue, sera une fête de réconciliation, de retrouvailles, une liesse populaire. A partir de ce moment, une fête se prépare. Donc laissez-nous le temps de la préparer parce que nous savons le délai que nous nous sommes fixé. Donc ne vous en faites pas, nous serons dans le temps.

Laurent Gbagbo, président du FPI, Affi N’guessan premier vice-président intérimaire du Fpi avec des pleins pouvoirs. Est-ce que ce schéma-là est accepté par tous les militants du FPI?

Madame, vous donnez les résultats d’une discussion qui n’a pas encore eu lieu. Il y a eu une rencontre entre le président Gbagbo et le président Affi…

Mais c’est le communiqué final de cette rencontre qui le dit ?

Vous devez comprendre que ce sont des propositions. Il y a une rencontre qui a eu lieu. Il y aura une équipe paritaire de part et d’autre pour discuter, échanger et négocier sur les conditions de la mise en place de l’unité au sein du FPI.

Mais cette proposition sied à tout le monde ?

Je ne peux pas répondre à la place de tout le monde. On va échanger et discuter. Le résultat de la discussion sera connu de tous.

Mais est-ce que ce schéma vous sied ?

Oui, ce schéma nous sied. Je pense que quand les équipes vont se mettre en place qu’elles vont discuter sur tous les détails et le contenu, on aura petit-à-petit à résoudre les questions fâcheuses.

L’autre deal pour la présidentielle de 2020, Affi N’guessan demande à être le colistier de Laurent Gbagbo si celui-ci est désigné candidat du FPI. Quel commentaire ?

Le FPI va entrer en discussion et le résultat des discussions seront connus des militants et de la population ivoirienne.

Vous, en tant que vice-président du FPI chargé de l’Animation politique, comment est-ce que vous voyez ça ?

Je vois ça bien parce que le FPI va retrouver son unité et est en train de retrouver son unité. Aucun militant ne peut être fâché pour ça.

Pour vous, Affi N’guessan doit être le colistier de Laurent Gbagbo ?

C’est le meilleur ticket pour l’heure. Je dis pour l’heure Laurent Gbagbo et Affi N’guessan c’est le meilleur ticket pour le FPI. On va, on gagne.

Est-ce que le FPI pourra s’allier au PDCI puisque ni le FPI dirigé par Affi N’guessan ni EDS encore moins le FPI tendance Laurent Gbagbo ne font pas partie de la plateforme d’Henri Konan Bédié ?

Je veux être clair sur cette question. Il ne s’agit pas que le FPI s’allie au PDCI encore moins que le PDCI s’allie au FPI. En outre, il ne s’agit pas d’une fusion absorption. Il s’agit que deux partis s’asseyent pour discuter des conditions d’une alliance et l’alliance ne peut se faire qu’au second tour. Parce qu’au premier tour, chaque parti aura son candidat et si on s’entend sur les termes de l’alliance, celui qui sera au second tour sera soutenu par celui qui ne sera pas au second tour. Si nous deux nous nous trouvons au second, il est évident que nous irons faire la cour à d’autres partis politiques pouvoir voir celui qui va gagner.

Nous sommes en précampagne mais l’opposition demeure toujours fragmentée. Est-ce qu’elle pourra faire face à un RHDP assis sur ses bastions et engrangeant toujours de nouveaux territoires ?

Parce que vous croyez que le RHDP c’est la rose ? Non, je ne crois pas du tout. Il y a des crises internes, des tendances au RHDP peut-être des gens essaient de communiquer pour le bien du RHDP. (…) Le FPI n’est pas fragmenté, il est en crise et la crise est en train d’être réglée. Vous parlez de bastion, même les bastilles ont été prises par les peuples à plus fort raison les bastions. Ce que nous cherchons, c’est qu’il y ait les conditions pour une élection transparente en Côte d’Ivoire et vous verrez que les bastions vont tomber. Nous allons parcourir le territoire pour ça…

Est-ce que l’opposition qui reste toujours aussi fragmentée avec des candidats différents pourra faire face à un RHDP structuré et organisé qui est déjà en précampagne ?

Le RHDP est en précampagne, le FPI est aussi organisé même mieux organisé que le RHDP sur le terrain. Le PDCI est une structure beaucoup plus organisée sur le terrain que le RHDP. Il s’agit de régler des problèmes au sommet parce que la base est déjà prête et les militants là où je vous parle sont en train de sceller l’unité au niveau de la base. Le FPI ira dans quelques jours, dans quelques semaines pour apporter l’évangile au peuple ivoirien. Parce que nous avons été nourris par l’évangile, par la parole et c’est le verbe que nous connaissons.

L’actualité évoque la modification de la Constitution. Les supputations vont dans tous le sens. L’on évoque la limitation d’âge, du mode de scrutin. Comment le FPI se prépare à toutes ces éventualités ?

Le FPI se prépare comme d’habitude. Nous sommes quand même habitués à l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Quels que soient les changements qui vont s’opérer dans la Constitution, nous serons candidat, nous allons battre campagne et nous allons gagner.

Imaginez un seul instant que ce scrutin soit à un tour ?

L’opposition avisera. Moi personnellement, je militerai pour que l’opposition ait un seul candidat en cas d’un seul tour. Il faut parer à toute éventualité. S’il y a un seul tour l’opposition doit se battre pour avoir un seul candidat pour aller affronter le candidat du RHDP.

Dans ces conditions, si Laurent Gbagbo est frappé par la limite d’âge ou si ses démêlés avec la justice ne se dissipent pas, est-ce que le camp Assoa Adou pourra porter Affi N’guessan comme candidat du FPI ?

Vous êtes dans la personnalisation des débats et dans les histoires de clan. (…) Je suis en train de vous dire que le FPI est une organisation politique qui a ses instances. S’il y a un problème qu’on ne peut pas régler dans les salons, les instances se réunissent et on règle le problème. Le FPI n’aura pas de problème de candidat. Tous les militants du FPI sont susceptibles d’être candidats. Si le président Gbagbo ne peut pas être candidat, un autre sera candidat.

Et si Laurent Gbagbo ne peut pas être candidat est-ce qu’Assoa Adou pourra soutenir Affi N’guessan comme candidat du FPI?

Si le Congrès du FPI désigne monsieur Pascal Affi N’guessan, la personne de monsieur Assoa Adou ne peut pas influencer cette décision. C’est ce que je vous fais comprendre. Ce n’est pas une affaire d’individu mais une affaire de Congrès. Et le Congrès c’est l’instance suprême du FPI quand il a décidé, même moi, je n’y peux rien. Si le Congrès du FPI décide que ce soit moi le candidat tout le monde va s’aligner. Et le mode d’ordre devient exécutoire. Konaté Navigué donne les raisons de l’absence de Affi au meeting de Yopougon.

Malgré la reprise du dialogue politique, l’on constate la montée des dérives langagières des militants des partis politiques sur les réseaux sociaux. Est-ce que cela interpelle les responsables politiques que vous êtes ?

  Je suis heureux que le dialogue soit possible maintenant. C’est au gouvernement de rassurer l’environnement électoral. C’est au gouvernement de discuter avec l’opposition et de prendre quelques aspirations de l’opposition en compte. Mais si le gouvernement se comporte comme étant le plus fort…Le gouvernement est aussi le garant de la cohésion sociale. Donc quand il y a un dialogue politique, je suis dans l’esprit du dialogue politique. Quand il y a un dialogue politique et qu’on a l’impression que les dés sont déjà pipés et que tout est déjà donné, je pense que ça peut coincer quelque part.

Quelle est la participation du FPI pour un climat sociopolitique apaisé ?

Nous sommes toujours pour l’apaisement, pour la transparence. Nous avons demandé qu’il y ait le dialogue pour apaiser chaque camp. Quand il n’y a pas de discussion entre le pouvoir et l’opposition, il y a toujours des frustrations. Et ce dialogue, il faut qu’il se passe bien. Le FPI a toujours milité pour un contrat social qui est le socle de toute société. On ne peut pas aller à des élections comme ça sans la moindre discussion. Je crois que le FPI va tout faire pour faire une campagne civilisée et élégante comme on a l’habitude de le faire. Konaté Navigué, meeting de Yopougon.

Le gouvernement est le garant moral de la stabilité en Côte d’Ivoire, il faut que le gouvernement fasse aussi son travail. (…) La responsabilité incombe beaucoup plus au RHDP qui est un parti au pouvoir et qui doit créer les conditions d’une élection transparente de sorte que les partis politiques puissent faire campagne normalement en toute transparence ayant la certitude qu’une fois ils ont gagné le résultat sera celui des urnes.

Konaté Navigué meeting Yopougon

Actualité Ivoirienne; Actualité Ivoirienne du jour; Politique Ivoirienne; Société Ivoirienne; Actualité africaine du jour; Konaté Navigué s’est prononcé sur le meeting de Yopougon

  •  
    124
    Partages
  • 124
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info