Affaire « fraude sur la nationalité » : « Le prestataire a opté pour un convoyage par la route du colis commandé en France » (Droit de réponse ONI)

La carte nationale d'identité ivoirienne (CNI) va coûter 5000 FCFA

A la suite de la saisie d’attestations d’identité au poste de contrôle des douane à Noé, l’Office national d’identification (Oni), a produit un droit de réponse qui selon lui a réceptionné les colis en question, après qu’ils ont fait l’objet des vérifications et dédouanements requis. Ci-dessous le droit de réponse de l’Oni.

Le 27 mai 2019, le site d’information Afriksoir.net sous la plume d’Elvire Ahonon a publié un article avec un titre aussi polémique que tendancieux « L’ONI au cœur d’une fraude sur la nationalité ivoirienne ? Voici le communiqué censuré de la police. »

Conformément à la loi relative à la presse, la Direction de l’ONI tient à faire le présent droit de réponse en vue d’éclairer la lanterne de l’opinion publique nationale et internationale sur cette affaire qui n’en est pas une. Cela, pour dénoncer cette extrapolation exagérée voire malveillante du site Afriksoir.net autour d’un banal contrôle policier sur une matière régulièrement acquise et qui a fait l’objet d’un contrôle et d’un dédouanement réguliers des services de sécurité et douaniers ivoiriens.

De quoi s’agit-il ?

Le samedi 25 mai 2019, des agents de police et des douanes du poste frontalier de Noé, dans le cadre de leurs activités routinières, ont été amenés à contrôler des colis qui comportaient des cartons de formulaires d’attestation d’identité ivoirienne commandés par l’Office National d’Identification auprès de Impact Palmares R § D , entreprise ayant remporté l’appel d’offres en vue de l’approvisionnement de l’ONI en imprimés d’attestation d’identité sécurisée après l’avis de non objection de la direction des marchés publics.

N’ayant pas été avertis à l’avance, les  éléments des forces de l’ordre ont, naturellement, été intrigués par cette découverte. Mais après vérifications, ils se sont vite aperçus qu’il s’agissait d’une commande régulière d’attestations d’identité à destination de l’ONI. En réalité, confronté à des imprévus de dernières minutes et face au risque de rupture de stock exprimé par l’ONI  tel que décrit dans le courrier n° 907 /MIS /ONI /DG du 13 Mai 2019 (ci-joint en annexe), le prestataire a dû opter pour un convoyage par la route du colis commandé en provenance de la France, après son débarquement à Cotonou au Bénin.

A lire aussi : Etablissement des pièces nationales d’identité : L’Oni remplacé par l’Oneci

D’ailleurs, depuis le lundi 27 mai 2019, la Direction Générale de l’ONI a réceptionné les colis en question, après qu’ils ont fait l’objet des vérifications et dédouanements requis. D’où vient donc cette interrogation si vite  formulée autour d’une fraude sur la nationalité, évoquée par le site Afriksoir ? Cet article écrit à la va-vite, sans vérification des informations auprès des parties concernées par cette affaire, atteste bien d’un manquement grave du site Afriksoir aux règles élémentaires qui régissent le noble métier du journalisme.

La Direction générale saisit donc cette occasion pour rassurer les Ivoiriens sur le niveau élevé de sécurité des attestations d’identité et des titres d’identité délivrés  par l’ONI. Par ailleurs, les réformes actuelles du cadre juridique et institutionnel sur l’état civil et l’identification visent à lutter davantage contre la fraude sur l’identité et à permettre à notre pays de se doter d’un outil ultramoderne et fiable de gestion de l’état civil et des titres d’identité à travers la mise en place du Registre National des Personnes Physiques (RNPP). Toutes choses qui viendront d’ailleurs mettre fin à l’usage des attestations d’identité.

  •  
    319
    Partages
  • 319
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info