28 avril 2018 : Il y a un an, le « Non » d’un petit parti au RHDP bouleversait tout en Côte d’Ivoire

Brahima Soro, président de l'UPCI

28 avril 2018-28 avril 2019, voilà un an que l’Union pour la paix (UPCI), a refusé d’adhérer au RHDP. La cérémonie anniversaire s’est tenue dimanche 28 avril 2019 au siège de l’UPCI en présence de Brahima Soro son président.

« Vous pouvez remarquer que le parti est demeuré solide et en phase avec les objectifs de sa création. J’invite nos adhérents, nos secrétaires de sections, nos membres du bureau politique et membre du conseil à faire en sorte que notre ‘’non’’ du 28 avril 2018 se transforme en succès électoraux », a indiqué Brahima Soro.

Pour lui, il n’y a pas d’autres moyens d’avoir ces succès électoraux que d’aller s’imprégner des réalités des populations. Il l’a exprimé en ces termes : « Il nous appartient de prendre notre bâton de pèlerin pour porter la bonne parole auprès des populations. Nous devons intensifier le travail d’implantation, et accroître notre place sur le terrain. Aller auprès de nos braves populations pour toucher du doigt leurs réalités et pour porter très haut leurs préoccupations ».

A lire aussi : DES CARTES BIOMÉTRIQUES POUR LES RÉFUGIÉS LIBÉRIENS EN CÔTE D’IVOIRE

Poursuivant, il a invité l’ensemble des partis de l’opposition à faire un bloc face au parti au pouvoir. « En tant que parti de l’opposition aujourd’hui, nous devons œuvrer à ce que l’opposition dans toute sa diversité puisse parler d’une même voix en dépit de nos différences. Nous devons travailler ensemble parce que chaque fois qu’un pouvoir en place a perdu le pouvoir, c’est simplement parce qu’en face, il y a avait une opposition très bien organisée. Nous devrons travailler pour que 2020 consacre la fin de ce régime et que nous puissions les aider à prendre leur retraite politique », a souhaité le président de l’UPCI.

Pour finir, Brahima Soro est revenu sur la position de son parti concernant l’épineuse question de la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) : « Nous entendons beaucoup de discours venant du parti au pouvoir qui veut imposer aux ivoiriens l’organisation des prochaines élections présidentielles et législatives de 2020 par une commission actuelle dont tout le monde est unanime pour déplier l’échec battant. Nous ne pouvons pas accepter cela. Il ne s’agit pas d’une question de recomposition, il s’agit d’une question de réforme totale et complète de cette commission ».

Roxane Ouattara

  •  
    329
    Partages
  • 329
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info